CONGO/CULTURE : OUVERTURE DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU RIRE DE BRAZZAVILLE

BRAZZAVILLE, 27 OCT (ACI) – La 10ème édition du festival international du rire de Brazzaville, «TuSeo», s’est ouverte le 25 octobre dans la ville capitale, dans l’objectif de promouvoir les humoristes congolais grâce aux rencontres et échanges avec les artistes d’autres horizons.

           Cette édition qui s’achève le 28 octobre à l’Institut Français du Congo (IFC),  a commencé avec cinq spectacles donnés respectivement par MM. Juste Parfait (Congo), Ronsia Kukielukila (RDC), Les Nyotas (un duo de jeunes comédiennes de la RDC), MM. Aristote Kaya (Congo) et Zebal Traoré (Guinée Conakry).

Les sketches ont porté sur une diversité de thèmes qui ont évoqué les réalités occidentales et africaines sous un angle souvent critique. La religion, l’éducation, le racisme, l’altruisme et l’homosexualité ont été au nombre des thématiques abordées par les humoristes.

«L’héritage de mon papa», le sketch de M. Zebal Traoré évoque, entre autres thèmes, le paternalisme quelque peu ennuyeux d’un père de famille musulman qui tient à développer chez sa progéniture un automatisme quant à la prière matinale. Dans une interview accordée à la presse, cet artiste place le rire au cœur de la vie de tout humoriste. «Le rire est devenu notre âme», a-t-il fait savoir.

Dans son spectacle intitulé «C’est pas africain», M. Kukielukila dépeint les réalités occidentales et africaines pour finalement porter un regard critique sur les antivaleurs. Loin de faire l’apologie de la xénophobie, il a exhorté à la préservation des valeurs africaines.

Le sketch de l’humoriste Juste Parfait est plutôt une auto dérision. Dans son spectacle, il passe pour un boxeur de la catégorie des poids lourds alors que sa stature ne le destine pas à la boxe, à moins de lui faire jeter son dévolu sur la catégorie poids mouche, par pudeur.

«Aimer ce qu’on est. Faire de ce qu’on est ce qu’il y a de mieux. Dans la vie, ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on a, mais ce qu’on est et ce qu’on en fait. Tel est le message que je veux faire passer à travers mon spectacle», a-t-il dit.

Dans une interview à la presse, la directrice artistique du festival Tuseo, Mme Lauriathe Bikouta, a exprimé un message de reconnaissance des efforts qui se font en faveur de l’humour, notamment par les partenaires tels que l’IFC, TV5Monde et Radio MUCODEC. «La qualité des spectacles qui s’améliore au fil des éditions est le résultat de tous ces efforts», a-t-elle confié.

Contrairement aux éditions précédentes, la 10ème rencontre a prévu des ateliers de formation en vue de l’amélioration des performances, a-t-elle indiqué. L’objectif du festival est d’aider les humoristes congolais à se produire à l’étranger. Selon Mme Bikouta, ce but est en train d’être atteint, car quelques uns d’entre eux ont récemment été invités sous d’autres cieux. C’est le cas de M. Juste Parfait qui a pris part au Marché des Arts Scéniques Africains (MASA) et au Parlement du rire à Abidjan en Côte d’Ivoire. Cela est aussi le cas de M. Titus Kosmas qui a participé à cette dernière rencontre internationale,   a-t-elle ajouté.

Selon un spectateur, notamment M. Guempio Andzaiono, qui s’est confié à l’Agence Congolaise d’Information (ACI), la qualité des spectacles présentés à l’ouverture du festival lui a fait penser aux prestations des humoristes professionnels vues sur les chaînes de télévisions occidentales. «Ce que je viens de voir valait la peine d’être vécu», a-t-il dit. Parlant de la place du rire dans la vie d’un homme, il a indiqué que le rire constitue une thérapie, car il entretient la bonne humeur. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *