CONGO/CULTURE:UNE EDITION ITINERANTE DE «TUSEO» POUR LA RCA DANS UN PROCHE AVENIR

BRAZZAVILLE, 02 NOV (ACI) – «Nous avons prévu d’aller à Bangui, en République Centrafricaine (RCA), pour y organiser une édition itinérante de «TuSeo» dans un proche avenir», a annoncé, le 28 octobre dernier à Brazzaville, la directrice artistique du festival international du rire de Brazzaville, Mme Lauriathe Bikouta.

           Mme Bikouta a fait cette annonce à la clôture dudit festival qui s’est déroulé du 25 au 28 octobre dernier à l’Institut Français du Congo (IFC). Tuseo est en partenariat avec cet institut depuis 2005, a-t-on appris.

«L’une des particularités de cette 10ème édition a été la première participation de la RCA à Tuseo. Nous allons y organiser une édition itinérante. C’est dans cette optique que nous avons invité un humoriste de ce pays, en l’occurrence Docteur Mandjeke, pour qu’il s’inspire de l’expérience de Brazzaville», a confié Mme Bikouta.

Contrairement l’édition précédente, la 10ème a prévu l’organisation des ateliers de formation qui ont concouru à la qualité des spectacles, a-t-elle fait savoir, tout en s’excusant de l’absence de trois artistes invités à cette édition, notamment Cécile Djunga de la Belgique, Kartsym du Tchad et Cheknito du Mali.

Mme Bikouta a exprimé sa satisfaction, au regard du fait que le festival s’est bien déroulé malgré quelques difficultés rencontrées lors des préparatifs. «Réaliser cette 10ème édition n’a pas été une chose facile. Nous avons réussi à tenir le pari. Nous remercions les partenaires qui nous ont toujours soutenus, parmi lesquels l’IFC, TV5Monde, Royal Air Maroc, Airtel et le groupe scolaire ‘’Camara Laye’’.  Nous n’étions pas partants pour la 11ème édition, mais compte tenu des encouragements d’autres organisations qui ne cessent de venir s’associer à nos efforts, nous sommes appelés à organiser cette édition», a-t-elle indiqué.

Pour sa part, parlant de son spectacle intitulé «Le discours d’un fou» livré à la clôture du festival, l’humoriste congolais, M. Fortuné Batéza, a indiqué que son texte ne renvoie pas à un aliéné mental tel qu’on en voit dans nos rues.

«A travers mon spectacle, je veux montrer que la vraie folie se situe au niveau des gens que l’on croit normaux ou bien portants, mais qui émettent des pensées ou posent des actes susceptibles de porter préjudice à toute une société», a-t-il expliqué. Selon lui, Le député fou fait partie de cette catégorie de personnes qui se distinguent par des comportements déviants, qui pensent que tout se résume à leur façon de penser ou de vivre.

«Quelque part, mon spectacle renvoie à la rupture avec les mentalités et les comportements déviants, tel est le message que je veux faire passer», a confié l’humoriste Batéza, avant de rendre un hommage au festival qui, a-t-il estimé, concourt à la promotion du métier des artistes humoristes.

Pour sa part, l’artiste béninois, M. Elifaz, a soutenu que le festival «Tuseo» a un bel avenir, vu les talents qu’il parvient réunir à chaque édition. «D’ici trois ans, Tuseo sera un grand festival. J’invite le public à le porter davantage et les partenaires à continuer à le soutenir», a-t-il dit.

A ce festival, M. Elifaz a présenté le spectacle intitulé «Consultation sap-sap». Dans ce show, il est question d’un médecin qui décèle les problèmes conjugaux (infidélité des hommes et des femmes), auxquels il apporte des solutions. Mais il est aussi ce médecin-là qui règle les problèmes politiques.

Selon cet humoriste, chaque fois qu’il parle politique et faits sociaux, il finit par entrer dans le quotidien de chacun des patients. Il recourt à l’humour pour décrisper et sortir chaque malade de l’angoisse. «Chaque jour qui passe laisse à chacun d’entre nous un lot d’angoisses. Le rire, me semble-t-il, peut faire un bon remède», a-t-il indiqué.

  1. Elifaz est dans la comédie depuis 2008. Il doit sa formation aux ateliers auxquels il a pris part durant son parcours. «Quand on a le talent, il faut le travailler au jour le jour», a-t-il confié dans une interview accordée à l’Agence Congolaise d’Information. (ACI)              ’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *