CONGO/DEVELOPPEMENT DURABLE:LE PROCESSUS REDD+ NECESSITE UN INVESTISSEMENT

BRAZZAVILLE, 02 NOV (ACI) – Le processus de réduction des Gaz à effet de serre  a fait  l’objet d’un atelier organisé le 30 octobre dernier à Brazzaville dont le but de sensibiliser les membres des commissions environnement du Sénat et de l’Assemblée nationale au processus de REDD+ et son opportunité.

           Considéré comme un outil privilégié dans la diversification de l’économie et de développement, ce processus qui entre dans la phase d’investissement, est  également un pilier de l’économie verte, a souligné le directeur de cabinet du ministre de l’Economie forestière, M. Pierre Taty.

L’engagement du Congo dans ce processus est de contribuer à la lutte contre les changements climatiques et la pauvreté. A cet effet, les membres des Commissions environnement du Sénat et de l’Assemblée nationale  sont invités à s’imprégner de ce processus, afin de permettre aux pays de bénéficier de l’appui des bailleurs et des investissements internationaux.

«Le budget de l’Etat seul ne peut pas couvrir les besoins. Nous avons besoin des financements internationaux», a expliqué le coordonnateur  congolais de la REDD+, M. Georges Claver Boundzanga, ajoutant que les bailleurs internationaux, pour se rassurer que ce processus est bien porté par le pays, regardent aussi du côté des parlementaires qui représentent le peuple.

«Nous sommes sur la bonne voie. Les bailleurs se positionnent déjà pour financer les activités que nous avons positionnées dans le plan d’investissement», a fait savoir M. Boundzanga à cette occasion.

Organisé par le ministère de l’économie forestière, cet atelier permet aux parlementaires d’approuver ce processus pour qu’il soit porteur, a-t-il dit, exhortant les parlementaires à l’action, afin de consolider les acquis d’afforestation, de reboisement et de développement durable.

La journée nationale de l’arbre sera célébrée le 06 novembre prochain. A cette occasion, M. Taty a  souhaité la participation active des parlementaires.

Le Congo s’est engagé dans le processus de REDD+ depuis 2008 et en septembre 2016, il  a été autorisé à s’engager dans les phases 2 et 3 du processus REDD+ suite à la décision du comité du Fonds de partenariat pour le carbone forestier. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *