CONGO/SYNDICATS:LA REPRESENTANTE DE L’IERAF RAPPELLE L’INACCESSIBILITE DES FEMMES DANS LES INSTANCES SYNDICALES

BRAZZAVILLE, 02 NOV (ACI) – La représentante de l’IERAF, Mme Hélène Nekarmbaye, a rappelé le 30 octobre dernier à Brazzaville, les difficultés auxquelles font face les syndicats en Afrique, notamment le problème de l’accès des femmes dans les instances de prise de décisions.

           Mme Nekarmbaye a fait ce rappel lors de la réunion annuelle tenue du 11 au 12 septembre dernier à Addis-Abeba, en Ethiopie, à l’ouverture de l’atelier sous régional de genres pour les dirigeantes du Réseau des Enseignantes Syndicalistes de l’Afrique Centrale (RESAC) qui s’est achevé le 1er novembre.

Le Réseau Africain des Femmes en Education (RAFED) constitue un espace de concertation pour les femmes enseignantes de l’Afrique Centrale. Il est un espace au niveau duquel les secrétaires généraux  et les femmes membres doivent discuter des différents défis relevés par le comité régional africain et apporter les solutions, a fait savoir la présidente de l’IERAF.

Le RESAC connaît quelques difficultés, a-t-on appris. Ces difficultés sont, entre autres, la fragmentation des syndicats en Afrique,  le manque de l’unité syndicale pour mener des actions réussies en faveur de l’éducation, la privatisation et la commercialisation de l’éducation.

En Afrique, on tend à privatiser l’éducation au détriment des couches vulnérables qui n’ont pas les moyens d’accéder à une éducation de qualité. Le  problème de cotisations syndicales à tous les niveaux national, régional et sous régional empêche les syndicats de mener à bien leurs activités, a-t-on souligné.

Cette situation a remonté au niveau de la sous-région Afrique Centrale et de l’Union Européenne (UE). Actuellement, l’Internationale Education a  pris la décision telle que tout syndicat qui ne sera pas régulier dans ses cotisations ne bénéficiera pas des activités organisées par l’international de l’éducation, a indiqué Mme Nekarmbaye.

Intervenant à cette occasion, la présidente du Réseau des femmes de la Fédération des Travailleurs de la Science, des Sports, de l’Enseignement, de l’Information et de la Culture  la (FETRASSEIC), Mme Clotilde Madimba, a souligné que cet atelier vient à point nommé pour améliorer les capacités managériales des femmes syndicalistes de l’Afrique Centrale.

«C’est pour nous la preuve que l’IRAF ne ménage aucun effort dans la matérialisation de la déclaration de la politique de l’international de l’éducation en matière de la promotion de la femme, adoptée à son premier congrès tenu en 1995 à Harare au Zimbabwe, notamment en ce qui concerne la formation des femmes», a déclaré Mme Madimba.

La présidente du réseau des femmes de la FETRASSEIC a rappelé que l’IRAF n’est  pas à sa première activité organisée au Congo, citant en exemple l’atelier de formation sur la communication et les nouvelles technologies de l’information (NTIC), organisé en juin 2009, avec la participation des femmes de l’intérieur du pays, ainsi que la table ronde des femmes enseignantes syndicalistes, en décembre 2010, prélude à la 1ère conférence des femmes syndicalistes, tenue à Bangkok en Thailande en 2011.

Selon elle, la tenue de cet atelier sous régional à Brazzaville par le Réseau des Enseignantes Syndicalistes  de l’Afrique Centrale (RESAC) vient une fois de plus rehausser l’image de la FETRASSEIC dans l’espace syndical du Congo. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *