CONGO/BANQUE MONDIALE:DES REFORMES POUR AMELIORER LE CLASSEMENT DOING BUSINESS

BRAZZAVILLE, 20 NOV (ACI) – Le Congo doit faire plus de reformes pour pouvoir améliorer son classement Doing business, a indiqué récemment à Brazzaville, la mission d’assistance technique du groupe de la Banque Mondiale et le gouvernement du Congo, à la fin de sa mission de travail.

           Cette recommandation a été faite lors de la réunion de présentation des principales conclusions de cette mission organisée, depuis le 13 novembre dernier au Congo, pour préparer une matrice de recommandation de réformes pour améliorer le climat des affaires au Congo.

De manière générale, le rapport Doing business établie ses conclusions sur la base des dix indicateurs. Sur la quasi-totalité de ceux-ci, il se trouve que les performances du Congo sont très faibles, ce qui explique qu’au finish dans le classement général, le Congo n’apparait pas parmi les meilleurs pays d’Afrique sub-saharienne, mais plutôt parmi les 10 derniers, a expliqué le chargé d’opérations principales du groupe de la Banque Mondiale, M. Alain Tienmfoltien Traoré.

«La raison pour laquelle le pays a perdu deux places dans le classement est qu’on ne réforme pas suffisamment, il faut donc accélérer la cadence des reformes si on veut améliorer les performances du pays. Il y a eu des reformes, mais il faudra reformer davantage et beaucoup plus rapidement pour pouvoir gagner des places», a-t-il indiqué.

Au-delà du classement, a-t-il ajouté, ce qui est important c’est de faire que cette amélioration du climat des affaires facilite la vie et le développement des entreprises, afin qu’elles créent des richesses et des emplois.

Selon M. Traoré, la mission a écoutée différentes parties prenantes sur les questions d’amélioration du climat des affaires au Congo, avant de discuter sur des problématiques qui se posent, notamment, des lenteurs à rendre des services au secteur privé, l’élévation des prix et des difficultés pour faire venir un conteneur.

A cet effet, ils ont planché sur ces difficultés et proposé de revenir, le 4 décembre prochain, avec une matrice de recommandation de réformes.

Le Congo, a-t-on appris, a perdu deux places, passant de la 177ème à la 179ème place. Les résultats de cette année, précise-t-on, montrent qu’en Afrique sub-saharienne, 83 reformes ont été mises en place. Cinq pays africains à savoir l’Ile Maurice qui occupe la première place, suivi du Rwanda, de la Zambie, du Malawi, et du Nigeria sont dans le top 10. Ils ont mis au moins trois reformes ou beaucoup plus que ça pour pouvoir augmenter leur score de distance à la frontière.

Selon le rapport Doing Business, ces pays ont fait énormément de reformes pour pouvoir monter tandis que le classement du Congo ne se repose sur aucun des dix indicateurs du Doing Business.

Le Congo, n’a notifié qu’une seule reforme, précise les conclusions de cette mission. Pour gagner des places, a insisté la Banque Mondiale, une seule chose est à faire, c’est faire des reformes. «Si on ne fait pas de reformes, le rang  ne changera pas dans le classement», ont ajouté les cadres de cette institution financière internationale.

Selon la Banque Mondiale, trois indicateurs font que le rang soit plus bas, notamment le raccordement à l’électricité, le paiement des parties impôts et le commerce transfrontalier, a martelé M. Traoré.

Par ailleurs, la Banque Mondiale souhaite voir le Congo mettre beaucoup plus d’actions sur le transfert des propriétés et sur l’obtention d’un permis de construire. «Ce sont des indicateurs qui vont pouvoir vous aider à faire des changements et améliorer votre classement», a réitéré la mission de la Banque Mondiale.

«D’ici fin février 2018, les reformes que nous aurions identifiées doivent être mises en œuvre et rapidement appliquées sur le terrain et confirmées par les contributeurs, ceux qui répondent au questionnaire Doing business en général donc les professionnels et les opérateurs du secteur privé», a déclaré M. Traoré.

Selon lui, son institution a déjà l’idée de là où il faudra faire des reformes, ajoutant que la matrice de la reforme devait arrivée prochainement. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *