AFRIQUE/DROITS HUMAINS : DENIS SASSOU-N’GUESSO POUR UNE ENQUETE SUR LE TRAFIC DES MIGRANTS AFRICAINS EN LIBYE

BRAZZAVILLE, 27 NOV (ACI) – Le Chef de l’Etat congolais, M. Denis Sassou-N’Guesso, en sa qualité de Président du Comité de Haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye, a exprimé sa volonté de se joindre aux responsables de l’Union Africaine pour qu’une enquête soit menée sur le trafic des migrants africains, vendus comme esclaves en Libye.

           Le Président du Comité de Haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye a appris avec stupeur l’existence d’un trafic d’êtres humains en Libye. Il se déclare profondément indigné suite aux plaintes des migrants, faisant état des traitements dont ils sont victimes, «condamne sans réserve ces pratiques avilissantes et déshumanisantes», souligne une déclaration publiée récemment à Brazzaville.

Dans son appel, le Chef de l’Etat congolais n’a pas caché son exaspération. Il a condamné avec fermeté ce trafic des migrants africains noirs et se dit fortement touché par le traitement inhumain infligé aux migrants noirs africains dans ce pays, réitérant, par ailleurs, sa disponibilité à œuvrer sans relâche pour  la résolution de la  crise libyenne.

A cet effet, il a soutenu les déclarations faites notamment par le président en exercice de l’Union Africaine, M. Alpha Condé, et celle de la Commission de l’Union Africaine (UA) sur la situation des migrants en Libye, tout en appelant les Nations Unies et l’U.A à une enquête destinée à faire la lumière sur cette situation.

«Je suis horrifié par ces reportages montrant des migrants africains vendus comme esclaves en Libye. J’abhorre ces actes épouvantables et j’appelle toutes les autorités compétentes à enquêter, sans délai, sur ces activités. L’esclavage n’a pas sa place dans notre monde. Ces actions comptent parmi les violations les plus flagrantes des droits de l’homme (…), et peuvent constituer des crimes contre l’humanité» a, de son côté, réagi le président en exercice de l’UA, M. Alpha Condé.

«La vente aux enchères de migrants comme esclaves en Libye m’indigne profondément. J’en appelle aux autorités libyennes et aux organisations internationales, afin que tout soit mis en œuvre pour que cesse cette pratique d’un autre âge, que nous croyions à jamais révolue», a poursuivi le président en exercice de l’Union Africaine.

De ce fait, il a demandé à chaque nation d’adopter et d’appliquer la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée… ainsi que son protocole sur la traite des personnes, tout en exhortant la communauté internationale à s’unir pour combattre ce fléau.

Cette information sur l’esclavagisme des africains noirs a été rendue publique par un documentaire diffusé la semaine dernière par la chaîne de télévision américaine CNN, qui a révélé l’existence d’un marché d’esclaves près de la capitale libyenne, Tripoli.

D’après ce média, ce marché clandestin ignoble et déshumanisé est tenu par des passeurs qui détiennent captifs les migrants, essentiellement les noirs africains, les vendant à vil prix aux riches qui les emportent vers certains pays occidentaux pour être réduits à l’esclavage. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *