AFRIQUE/ECONOMIE : LE PROJET CONCEPT AFRICA DIGITAL ACADEMY LUTTE CONTRE LA FRACTURE DIGITALE

BRAZZAVILLE, 27 NOV (ACI) – La première édition du projet «Concept Africa digital academy», prévue du 28 novembre au 1er décembre prochain à Pointe-Noire, sera destinée à former gratuitement des professionnels, notamment féminin dans la création des sites Internet, en vue de lutter contre la fracture digitale au Congo. 

           Le projet Africa digital academy qui sera célébré sur le thème «L’entrepreneuriat au féminin», est un programme de formation intensive pour lutter contre la fracture numérique en Afrique et particulièrement au Congo. Cela, en accompagnant et en favorisant la production du contenu numérique local de qualité, entre autres les sites  internet, les applications mobiles, les blogs, les MOOC et les livres blancs.

Cette 1ère édition de l’Africa digital academy connaîtra la participation de 15 entrepreneuses actives qui vont, pendant quatre jours, apprendre à créer et à gérer leurs sites internet pour gagner plus de  marchés. Elles bénéficieront de l’accompagnement de six web-coachs de l’Amid et de Congo Web agency.

Ce projet a été présenté au public le 23 novembre dans la capitale océane par le responsable de Congo web agency (agence en conseil de communication), M. Kriss Brochec, en partenariat   avec  l’Association de Mpaka pour l’Intégration et le Développement (AMID).

A cette occasion, le responsable de Congo web agency a expliqué que «cette 1ère édition est dédiée aux femmes, parce que ce sont elles qui m’ont inspiré dans ce projet. Nous voulons donner l’image d’une femme congolaise dynamique qui va entraîner les autres. Après, nous aurons des éditions pour les artistes, opérateurs culturels et touristiques sur les outils numériques pour la formation, les techniques de recherches de l’emploi et autres».

Par lui, Kriss Brochec, Congo web agency et l’Amid Congo entendent aider les organisations, les communautés, les corps de métier et autres à s’approprier le numérique et à tirer profit des gains de temps, de productivité et d’opportunités qu’il offre. «Il est important que la population s’approprie cette nouvelle culture. La data est considérée comme étant le pétrole du 21ème siècle. S’exclure de la transformation numérique, c’est  s’exclure du futur»,   a-t-il déclaré.

A cet effet, il a souligné la nécessité de remédier au vide constaté au Congo en matière de contenu. Étant donné que depuis deux ans le Congo se positionne petit à petit en matière d’internet, il sera bientôt lancé dans le pays un plan de développement numérique.

De ce fait, 12 objectifs de développement durable ont été retenus dans le cadre de l’Africa digital academy. Il s’agit notamment de lutter contre la pauvreté et de promouvoir l’égalité des sexes, l’éducation de qualité, la bonne santé et le bien-être, le travail décent et un environnement sain. Par ce concept exportable dans d’autres villes du pays et dans d’autres pays d’Afrique, les deux structures veulent aussi contribuer à la création d’un web  africain. «L’internet est important pour l’Afrique. Le défi de cette région aujourd’hui, c’est de créer son web et ses propres géants du web», a souligné M. Kriss Brochec.

La présentation ce projet a été faite dans le cadre du déjeuner consulaire, une plate-forme créée par la Chambre de commerce (un des partenaires de l’évènement), visant la promotion des initiatives ayant un impact économique, social et environnemental. Le déjeuner consulaire a lieu une fois le trimestre.

Le projet Africa digital academy est une manière d’annoncer les rendez-vous de l’économie numérique qui ont eu lieu le 24 novembre, sur le thème «Arrimer les PME au développement de l’économie numérique». (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *