CONGO/ECONOMIE : L’UNOC SOLLICITE L’IMPLICATION DU SENAT DANS SES DOLEANCES

BRAZZAVILLE, 27 NOV (ACI) – Les opérateurs économiques du Congo, réunis au sein de l’Union Nationale des Opérateurs Congolais (UNOC), ont sollicité le 24 novembre à Brazzaville, l’implication du Sénat pour trouver des solutions aux maux qui minent cette plateforme.

           Présentant les préoccupations des opérateurs le président de l’UNOC, M. Djibril Bopaka, a révélé que pour les raisons relatives à la politique intérieure sur le soutien du secteur privé, l’absence des structures de financement des activités économiques de ce secteur et la crise qui touche tous les secteurs du pays, le nombre des opérateurs économiques nationaux a baissé, passant de 16.000 en 2015  à 2700 en 2017.

A cet effet, l’UNOC a souhaité s’unir avec le gouvernement et les parlementaires pour contribuer au plan de développement économique national. «L’UNOC, garante du développement du facteur économique du Congo, ne peut pas rester indifférente à la situation de la conjoncture macroéconomique. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ce qui se passe. Nous sommes les premiers à être touchés, car nos activités ne marchent plus», a dit M. Bopaka.

Concernant le partenariat public-privé, l’UNOC a déploré l’absence du secteur privé dans le comité ministériel pour l’amélioration du climat des affaires, créé par décret n°2017-42 du 28 mars 2017 en lieu et place du Haut conseil du partenariat public et privé.  Dans ce comité, a fait savoir M. Bopaka, on note la présence des fonctionnaires de l’Etat, des ministres et non du secteur privé, alors que le climat des affaires concerne le monde des affaires. Pour atteindre l’efficacité de ce comité, il a proposé qu’à ce comité soient associés les opérateurs économiques, les organisations patronales et le gouvernement.

Par ailleurs, l’UNOC a sollicité au Sénat et à  l’Etat une compréhension particulière sur la dette intérieure commerciale. Selon M. Bopaka, le gouvernement l’avait reconnu depuis 2006, après la signature d’un protocole d’accord signé entre les opérateurs économiques et les syndicats des travailleurs sur la gouvernance du comité national du dialogue social.

«Dans ce protocole d’accord, deux problèmes avaient été posés, notamment le règlement de la dette intérieure commerciale et le sinistre des situations suite auquel les opérateurs économiques ont perdu le matériel au cours des guerres allant de 1992, 1993 jusqu’à 2000, mais n’ont pas encore été indemnisés», a-t-il souligné.

Intervenant à cette occasion au nom du gouvernement, le président du Sénat, M. Pierre Ngolo, a félicité l’UNOC pour l’initiative prise en rencontrant le bureau du Sénat afin de discuter des questions qui se rapportent à la vie de la nation. «Vous nous avez informé de ce qu’à peine deux ans, le Congo comptait 16.000 opérateurs économiques et qu’aujourd’hui, nous sommes à 2700. Ceci veut tout dire sur la gravité de la situation, une situation de crise économique et financière aigüe qui nous interpelle»,   a-t-il déclaré.

Il a, en outre, appelé les opérateurs économiques à se dicter une discipline pour adopter une attitude qui permette de sortir de la partie difficile, la tête haute. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *