Congo/Recherche Scientifique:UN PLAN DIRECTEUR DE RECHERCHE AGRICOLE POUR REDUIRE LE FOSSE TECHNOLOGIQUE

BRAZZAVILLE, 27 NOV (ACI)  – Le gouvernement congolais considère le plan directeur de la recherche agricole comme un cadre institutionnel convenable pour mobiliser tous les acteurs du secteur de la recherche et de développement agricole en vue de réduire de manière significative le fossé technologique qui caractérise les systèmes de production pour rendre accessibles aux plus démunis, les denrées alimentaires de bonne qualité, a indiqué, le 27 novembre à Brazzaville, le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation Technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou.Cette indication a été  donnée à l’ouverture de l’atelier de validation de ce plan directeur au cours duquel le ministre en charge de la recherche scientifique  interpellé l’expertise des cadres, consultants spécialistes de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture, de la conservation et la transformation économique, sociologique rurale, des ressources naturelles, de l’environnement et du système d’information et valorisation pour la validation du plan directeur de la recherche agricole et celui du mécanisme de gestion et de suivi de ce plan.

Pour des besoins de planification au sein de l’Institut National de Recherche Agronomique (IRA), organe unique de mise en œuvre de la recherche agricole, le gouvernement du Congo a adressé une requête à l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) pour une assistance technique et financière en vue de la mise en œuvre du plan directeur de la recherche scientifique, a fait savoir le ministre Coussoud-Mavoungou.

Parmi les causes à l’origine de l’usure des capacités de recherche qui risque d’aggraver et compromettre le développement de ce secteur stratégique de l’économie nationale, figure, entre autres,  les départs des personnels de la recherche agronomique vers d’autres secteurs, à la quête d’un environnement de travail plus viable, le vieillissement du corps des chercheurs dont 60% environ sont âgés de plus de plus de 50 ans, un pourcentage se situant dans la catégorie des détenteurs de doctorat, a énuméré le ministre de la recherche scientifique.

Malgré les reformes entreprises par le gouvernement, a-t-il expliqué, le Congo n’investit que 0, 44% de son PIB dans la recherche agricole, un pourcentage inférieur à la cible minimale de 1% recommandé par l’Union Africaine. (ACI)

Sosthène MILANDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *