CONGO/CELEBRATION:«LA CRISE ACTUELLE NE DOIT PAS ETRE SYNONYME DU CHEMIN DE LA CROIX», SELON ALPHONSE CLAUDE N’SILOU

BRAZZAVILLE, 29 NOV (ACI) – Le ministre d’Etat, ministre du commerce, des approvisionnements et de la consommation, M. Alphonse Claude N’Silou, a déclaré le 28 novembre à Brazzaville, que la crise telle que la vit le pays, à travers la cruauté de ses faits et méfaits, ne doit pas être synonyme du chemin de la croix qui conduirait le patriotisme au tombeau .

Denis Sassou-N'Guesso entouré des officiels à la fête de République
                   Le Président Denis Sassou-N’Guesso entouré des officiels à la fête de République

Cette déclaration a été faite lors de la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République du Congo, le 28 novembre 1958, placée cette année sous le thème du travail, un choix qui est une interpellation individuelle et collective à une méditation profonde sur un concept qui, pour le Congo, a une connotation particulière.

«C’est maintenant ou jamais que doit être mieux affûté ce que nous avons tous en partage : l’amour de notre chère patrie. C’est maintenant ou jamais que s’impose à chacun et à tous le devoir de solidarité envers la Nation. Et cette flamme de survie collective, nous devons l’entretenir par le culte du travail, encore et toujours le travail bien accompli avec foi et patriotisme», a plaidé M. N’silou. Pour lui, cela constitue une planche de salut et une bouée de sauvetage au milieu de cet océan en furie.

DAYU
                      Le ministre Alphonse Claude N’Silou délivrant le message du 59ème anniversaire   

L’oeuvre de développement du pays, a dit le ministre du commerce, est titanesque et nécessite encore beaucoup de travail à fournir, à déployer, et beaucoup de sacrifices à consentir, particulièrement en ces temps de crise et de récession.
«Comment surmonter la crise et juguler la récession ? Comment renouveler les combats qui nécessitent de l’être humain la lutte contre la pauvreté et le chômage ; en un mot, la lutte contre le sous-développement ? Comment donc faire, sinon par le travail entendu comme ce qu’il est par essence, c’est-à-dire une combinaison de toutes les valeurs positives de notre société, notamment la conscience, la responsabilité, la rigueur, la probité, le respect de la chose publique», s’est-il interrogé.

Dans le cadre de cette célébration, le Président de la République, M. Denis Sassou-N’Guesso, en sa qualité de Grand Maître des Ordres nationaux, a décerné à titre exceptionnel et normal des distinctions honorifiques à certaines personnalités nationales et étrangères. Pour les besoins de la cérémonie, un échantillon de huit personnes a été présenté lors de cet anniversaire.

Il s’agit, dans l’ordre du mérite congolais, au grade de commandeur, M. Zoba Casimir ; au grade d’officier, Mme Chantal Nonault ; au grade de chevalier, Mme Fanie Davia et M. Emmard Mongo Oko. Dans l’ordre du dévouement congolais, au grade d’officier, Mme Joséphine Bouanga. Dans l’ordre de la médaille d’honneur, au grade de la médaille d’or, Mme Lolo née Mari Fanny Dicoco Nsimba ; au grade de la médaille d’argent, M. Lebon Chansard. Dans l’ordre du mérite universitaire, au grade de commandeur, M. Christophe Bouramoué.

Depuis la commémoration de cette journée comme fête nationale en 2000, un échantillon d’enfants nés le 28 novembre 2000 a délivré un message au Président de la République et à son épouse, Mme Antoinette Sassou-N’Guesso.

Ce 59ème anniversaire a connu la participation du gouvernement de la République, des parlementaires, des élus locaux, des corps constitués et d’une forte représentation des populations venues de tous les coins de Brazzaville. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *