CONGO/MEDIAS : LE GOUVERNEMENT SUSPEND LES PROGRAMMES DE PSTV

BRAZZAVILLE, 1er DEC (ACI) – Le gouvernement congolais a suspendu, le 29 novembre à Brazzaville, les programmes de la société de télédistribution PSTV pour avoir diffusé illégalement les produits audiovisuels des sociétés étrangères.

           «Nous créons des conditions pour que la pression nécessaire soit mise sur cette société pour qu’elle se conforme à la loi congolaise, article 3 de la loi 2001 portant sur la liberté de communication», a déclaré, au cours d’une interview, le ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement, M. Thierry Moungalla.

Selon lui, cette résolution fait suite aux plaintes émanant des sociétés étrangères propriétaires de ces chaines de télévision, entre autres le groupe Bin, Super Sports de l’Afrique du Sud, France télévision, les chaines publiques françaises et américaines, à savoir Voyage, National Géographique, Vox Spots et CENL, toutes ces chaînes qui sont diffusées par le bouquet PSTV sans le droit affairant.

A cet effet, M. Moungalla a souligné le 30 novembre que «si  nous laissons s’installer ces Baromètres dans notre pays, s’il y a procès contre cet opérateur, l’Etat sera responsable et peut-être appelé à indemniser ces plaignants», a-t-il fait savoir.

Il a ajouté que parce que les droits de diffusion des sports génèrent beaucoup d’argent, c’est même l’objet de toute une économie, précisant que ce sont des accords macroéconomiques qui sont nécessaires à la régulation mondiale du marché et du commerce international. «Nous voulons que le marché congolais soit conforme au niveau international».

Parlant des prérogatives du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication (CSLC) de délivrer et de retirer l’agrément aux sociétés de télédistribution, le ministre en charge de la communication a précisé que «je ne suis pas sur le terrain du retrait d’agrément, je suis sur le terrain du respect et de la protection de l’intérêt général de l’Etat, qui consiste à prendre des mesures nécessaires afin d’assainir le marché  dès le départ pour éviter que les mauvaises habitudes viennent perturber la rentabilité et la viabilité de l’écosystème télévisuel», a-t-il conclu. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *