CONGO/SOCIETE: BIENTOT UN PROJET DE «PRISE EN CHARGE DES ENFANTS INFIRMES MOTEURS CEREBRAUX

BRAZZAVILLE, 06 DEC (ACI) – Un projet de Prise en charge des enfants infirmes moteurs cérébraux au Congo cofinancé par l’Union Européenne (UE), démarrera ses activités en mars prochain dans six localités du pays pour la période 2017-2020.
Sous l’initiative de l’Association Handicaps Afrique (AHA), ce projet vise la promotion et la protection des droits des enfants Infirmes moteurs cérébraux (IMC) au Congo. Il est mis en oeuvre en partenariat avec le gouvernement congolais, le Réseau des intervenants sur le phénomène des enfants en rupture (Reiper) et l’Association des Soeurs de la Divine Providence en Afrique.

Le projet cible notamment 200 enfants IMC et 160 parents d’enfants IMC à Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie (Niari), Nkayi (Bouenza), Owando (Cuvette) et Bétou dans le département de la Likouala.

Il s’agit, principalement, de faire connaître l’IMC à la population, de vulgariser les textes juridiques relatifs aux personnes vivant avec handicap au Congo, de participer à l’amélioration de la prise en charge des enfants IMC, indique un document publié à l’occasion de la célébration le 4 décembre dernier à Brazzaville de la journée internationale des personnes handicapées.

Parmi les activités prévues figurent les campagnes de sensibilisation dans les Centres de Santé Intégré (CSI), les Centres de rééducation fonctionnelle, les églises et autres espaces thérapeutiques. La création d’une banque des données sur les enfants IMC au Congo, la production d’un Web documentaire sur l’enfant IMC, la prise en charge médicale de l’enfant IMC à moindre coût, la prise en charge kinésithérapique des enfants IMC par 15 mamans initiées aux techniques de la rééducation spécifique, sont également des activités prévues dans le cadre de ce projet.

Il sera créé dans le cadre de ce projet, six Communautés Solidaires (CS) pour une assistance mutuelle des parents d’enfants IMC, des Caisses de Sécurité Maladie Solidaire (CSMS), des Centres d’Accueil Communautaires de Jour (CACJ), la formation et le financement de 40 Groupements d’Intérêt Economique (GIE), afin d’aider les parents d’enfants IMC à accéder à une certaine autonomie financière devant leur permettre de s’occuper de leurs enfants.

Un prix national a été également attribué, le 3 décembre de chaque année, lors de la célébration de la journée internationale des personnes handicapées, pour récompenser le parent qui s’est distingué en faveur de la promotion et la protection des droits d’un ou des enfants IMC au Congo.

Pour la ministre congolaise des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Mme Antoinette Dinga Djondo, les enfants IMC étaient frappés d’un handicap lourd et onéreux plongeant ainsi les parents dans une détresse profonde.

«Cette détresse, associée aux préjugés négatifs sur ce type d’handicap, conduit souvent à la séparation des parents. Si le handicap est sans nul doute un facteur de stigmatisation et d’exclusion, l’infirmité motrice cérébrale est, quant à elle, vécue comme une véritable catastrophe», a-t-elle indiqué dans son discours prononcé à l’occasion de la célébration de la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre de chaque année.

De son côté, le coordonnateur du projet, M. Gys Tacky André Kabi, a appelé à la conscientisation de la société congolaise qui est malade ou handicapée elle-même. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *