CONGO/HANDBALL: ACCOMPAGNER LE PAYS POUR UNE BONNE ORGANISATION DE LA CAN 2018

BRAZZAVILLE, 26 DEC (ACI) – Le Président de la Confédération Africaine de Handball (CAHB), M. Arémou Mansourou, a indiqué le 22 décembre à Brazzaville, qu’il faille tout faire pour accompagner le Congo, en mettant à sa disposition, en temps opportun, les moyens adéquats pour lui permettre de bien organiser l’édition 2018 de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de handball, version féminine, prévue du 2 au 12 décembre prochain dans la ville capitale.

M. Arémou Mansourou a fait cette exhortation au cours d’une conférence de  presse qu’il a animée avec le Président de la Fédération Congolaise de Handball (FECOHAND), M. Jean Claude Ibovi, en présence du directeur de cabinet du ministre des sports et de l’éducation physique, M. Jacques Ngambou.

«C’est quasiment un mérite pour le Congo de renouer avec ce type de compétition, eu égard à l’histoire qu’on connaît du handball Congolais, surtout dans la version féminine», a confié le président de la CAHB, au terme d’une mission de travail effectuée à Brazzaville du 20 au 22 décembre. Il a souligné que cela a été l’un des aspects qui ont motivé le Conseil d’administration de ladite organisation africaine, d’attribuer à la FECOHAND l’organisation de l’édition 2018.

Pour cette organisation, M. Arémou Mansourou a souligné l’urgence de la mise en place d’un comité d’organisation qui devrait bénéficier, au même titre que le président de la FECOHAND, de la disponibilité de tous. De même, il a rassuré les autorités congolaises du soutien de son organisation. «La CAHB jouera sa partition en mettant à disposition, ses membres pour être les conseillers permanents et s’assurer que tout se déroule convenablement», a-t-il dit.

Il a indiqué que sa délégation a noté l’existence au Congo des infrastructures sportives et hôtelières susceptibles de répondre aux besoins d’organisation de l’événement. «Ce constat nous amène à donner raison au Conseil d’administration pour avoir choisi le Congo comme pays hôte de la CAN 2018.

 La procédure exige que la mission aille rendre compte audit Conseil qui se réunira en janvier prochain à Libreville, au Gabon, pour que les déclarations officielles se fassent», a-t-il fait savoir.

Outre les infrastructures adéquates qui constituent un atout susceptible de permettre au Congo de relevé aisément le défi pour ce qui est de l’organisation de la CAN 2018, le président de la CAHB a soulevé le problème de la performance de l’équipe congolaise.

«Pour la mobilisation du public, il faut toujours souhaiter que l’équipe du pays organisateur aille très loin dans la compétition», a-t-il fait observer. De ce fait, il a exhorté les autorités congolaises à mettre tout en œuvre pour une bonne préparation des handballeuses du Congo.

Dans une perspective d’amélioration du niveau du handball congolais, toutes catégories et versions confondues, il a indiqué que l’important est aussi de faire en sorte que l’après CAN soit un tremplin pour permettre aux acteurs de cette discipline au Congo de renouer avec un développement ascendant.

Selon M. Ibovi, le handball congolais aura beaucoup à gagner avec l’organisation de la CAN 2018. Cela sera possible avec le soutien de tous, notamment celui des autorités congolaises, des membres de la FECOHAND, des encadreurs, des joueuses et, dans une certaine mesure, du public.

A l’issue de cette conférence de presse, la FECOHAND et la CAHB ont signé un protocole d’accord qui va désormais les lier pour la promotion du handball au niveau continental.

La 23ème édition de la CAN 2018, version féminine dénommée «Challenge Edith Lucie Bongo Ondimba», a été attribuée au Congo, le 28 janvier 2016, par le Conseil exécutif  de CAHB réunie en session extraordinaire, a-t-on appris. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *