CONGO/ARABIE SAOUDITE: UNE COOPERATION MULTILATERALE EN PERSPECTIVE

BRAZZAVILLE, 10 JAN (ACI) – Le ministre des affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, M. Adel Ben Ahmed al-Joubeir, a indiqué le 8 janvier à Brazzaville, qu’il est heureux des «bonnes perspectives» qui marquent la coopération bilatérale entre son pays et le Congo.

    Le diplomate saoudien et le chef de l’Etat congolais

A l’issue de l’audience que lui a accordée le Chef de l’Etat, M. Denis Sassou-N’guesso, le diplomate saoudien a précisé que les deux pays vont collaborer dans plusieurs domaines. Il s’agit notamment d’oeuvrer dans le secteur pétrolier et «d’accroitre les investissements dans le domaine du commerce au bénéfice des deux peuples».

Au cours de leurs échanges, les deux hommes d’Etat ont évoqué la question sur le terrorisme en Afrique, la situation de la Libye et passé en revue plusieurs questions d’ordre régional et international. «Nous avons évoqué beaucoup de sujets, notamment en ce qui concerne la politique, la sécurité et la stabilité», a déclaré M. Adel Ben Ahmed al-Joubeir.

«Nous avons convenu de trouver des solutions en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, qui est maintenant une menace pour le Sahel, mais aussi pour l’Afrique en général», a-t-il fait savoir.

A cet effet, M. Adel Ben Ahmed al-Joubeir a indiqué que l’’Arabie Saoudite travaille conjointement avec les Etats-Unis, la France et l’Allemagne «pour trouver des solutions dans la zone du Sahel». Dans cet élan, les autorités saoudiennes ont contribué à hauteur de 100 millions d’euros pour soutenir les opérations des pays concernés sur les plans logistique et militaire, mais aussi en soutien aérien.

«Nous avons parlé aussi du fait que la lutte contre le terrorisme passe par la lutte idéologique contre ses groupuscules. Nous devons informer les jeunes pour leur dire que la version que ces groupes donnent de l’islam n’est pas la bonne», a-t-il souligné. M. Adel Ben Ahmed al-Joubeir a ajouté qu’il est important de «redonner l’espoir à cette couche de la population pour qu’elle se détourne de l’émigration».

Le chef de la diplomatie saoudienne a estimé que «la solution à ces différents problèmes passe aussi par la stabilisation de la situation en Libye». «Nous avons émis le souhait de réunir nos envoyés spéciaux, celui du Congo, de l’Europe et de notre pays afin de conjuguer des efforts pour trouver une solution» à la crise libyenne, de manière à ce que ce pays puisse renouer avec une vie normale et dispose d’un gouvernement «stable» après les prochaines élections. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *