CONGO/TIC : La fibre optique, facteur de développement dans la sous-région

BRAZZAVILLE, 10 JAN (ACI) – Le coordonnateur national du projet CAB, M. Yvon-Didier Miehakanda, a déclaré récemment à Lekoko, dans le district de Mbinda, à environ 7 kilomètres du Gabon, que l’objectif principal du projet CAB est de créer un réseau en fibre optique reliant tous les pays de la sous-région.

                              Yvon-Didier Miehakanda, Coordonnateur national du projet CAB

Ce projet vise également à promouvoir les TIC dans leur ensemble et à créer un environnement favorable au développement de l’économie numérique, a indiqué M. Miehakanda dans son mot de circonstance.

«Il est cependant indéniable que l’accomplissement le plus marquant du Projet CAB depuis sa création, il y a six ans, est la construction du réseau en fibre optique entre le Congo et le Gabon, dont nous célébrons la fin des travaux aujourd’hui», a précisé le coordonnateur du projet CAB, lors de la remise de cet ouvrage au gouvernement.

Il ne s’agit néanmoins que d’une étape, car à la faveur d’un accord entre le gouvernement et la Banque Africaine de Développement (BAD), «les prochains mois verront sortir de terre le premier Datacenter national congolais. Notre expérience nous permettra également de construire de nouveaux réseaux en fibre optique, nous connectant avec le Cameroun, la RCA et l’Angola», a-t-il dit.

Tout en remerciant les parties prenantes à l’accomplissement de ce projet, M. Miehakanda a précisé que ce réseau offrira aux Congolais plus de possibilités d’accès à internet de façon plus sécurisée et à moindre coût.

Epine dorsale de l’Afrique Centrale, ce projet a été co-financé à part égale par le gouvernement congolais et la Banque mondiale pour un montant d’environ 15 milliards de FCFA.

Il est composé de six shelters de télécommunication, notamment celui de Pointe–Noire, qui joue le rôle du centre de contrôle ; ceux de Bilinga, de Dolisie, de Makabana, de Mossendjo et le shelter de Mbinda dont la démonstration de son fonctionnement s’est déroulée en présence du ministre en charge des postes et télécommunications et sa délégation. Il a communiqué, à cette occasion, avec une femme vivant à Lausanne en Suisse.

Le shelter est une station en bâtiment préfabriquée, dans laquelle on héberge les équipements de transmission longue portée comme les OSN8800 et de l’équipement de courte et moyenne portée tels que les OSN580. Il y’a aussi des connecteurs (ODF) et l’ensemble des appareils nécessaires à la gestion de l’énergie du shelter. Ces équipements servent à transmettre le signal de la fibre optique.

D’après toutes les délégations présentes à cette cérémonie de réception de l’ouvrage, ce réseau à haut débit en fibre optique fonctionne normalement. Le projet Central African Backbone, qui a la charge de construire le réseau d’interconnexion entre le Congo et les autres pays de la zone CEMAC et CEEAC, est né de la volonté des Chefs d’Etat et de gouvernements des pays de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), appuyé par le chef de l’Etat congolais qui a fait du numérique son cheval de bataille.

Lancé en fin 2011, les travaux proprement dits de construction du réseau d’interconnexion du Congo et le Gabon ont débuté le 18 mai 2015. Ce réseau a été réceptionné par le gouvernement, représenté par le ministre des postes et télécommunication, M. Léon Juste Ibombo, le 22 décembre dernier. (ACI)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *