CONGO-RDC-CRISE: La Cenco sollicite le concours de Denis Sassou-N’Guesso

BRAZZAVILLE, 12 JAN (ACI) – La mise en oeuvre de l’accord du 31 décembre 2016 a constitué l’ossature des échanges entre le président de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs (CIRGL), M. Denis Sassou-N’Guesso, et la délégation de la CENCO conduite par son président, Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani, le 9 janvier dernier à Brazzaville.

                                   Denis Sassou-N’Guesso et Mgr Marcel Utembi Tapa

Dans le contexte de crise que traverse la RDC, les évêques de la CENCO «sont convaincus que dans le cadre de la coopération internationale, les frères, amis et voisins de la RDC peuvent apporter quelque chose dans la perspective de satisfaire les aspirations du peuple congolais», a confié à la presse l’abbé Donatien Nsholé Babula, secrétaire général de la Commission Episcopale Nationale du Congo (CENCO), accompagnant Mgr Marcel Utembi Tapa dans la capitale congolaise.

«En tant que président de la CIRGL, chargé du suivi des mécanismes de paix et de sécurité en RDC et dans la région des grands lacs, M. Sassou-N’Guesso doit jouer sa partition. Son expérience dans la résolution des crises africaines et son statut d’ancien facilitateur de la crise de la RDC font de lui un interlocuteur privilégié», a estimé l’abbé Donatien Nsholé Babula.

Toutes ces raisons, explique-t-il, justifient cette rencontre avec M. Sassou-N’Guesso «pour partager avec lui nos convictions, à savoir que seule la mise en œuvre complète de l’accord qui a été signé dans la perspective d’arriver aux élections tel que prévu dans le calendrier, dans un contexte de crise, permet d’obtenir des élections libres et transparentes pour mettre fin à cette crise».

En outre, l’abbé Donatien Nsholé Babula a déploré le bilan de la marche du 31 décembre 2017 «qui n’est pas à prendre à la légère dans la situation actuelle». Il a tiré sur la sonnette d’alarme en déclarant que «si l’on ne fait pas trop attention, on risque de vivre le pire».

Cette rencontre entre les membres de la CENCO et le président en exercice de la CIRGL intervient trois mois après le sommet de la conférence internationale sur la région des grands lacs, au cours duquel le Président angolais, M. Manuel Gonçalves João Lourenço, a cédé le témoin au Président congolais, M. Denis Sassou-N’Guesso, à la tête de cette institution sous régionale africaine.

Le Chef de l’Etat congolais ne cesse d’apporter son appui dans la recherche des voies et moyens de sortie de la crise, rappelle-t-on. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *