CONGO/FORETS : LES DIRECTIONS DEPARTEMENTALES APPELEES A LA RIGUEUR DANS LA PERCEPTION DES REDEVANCES

BRAZZAVILLE, 05 FEV (ACI) – Les directions départementales et les brigades du secteur forestier ont été appelées, le 2 février à Brazzaville, à plus de rigueur dans la perception des redevances afin de renflouer les caisses de l’Etat.

Cette exhortation a été faite à ces structures lors de la 3ème édition de la conférence des directeurs départementaux et des chefs de brigades de l’économie forestière, qui s’est déroulée du 31 janvier au 2 février, a-t-on appris d’une source.

Portés sur la gouvernance forestière, les travaux de cette conférence ont permis de poser les bases des réformes de la gestion forestière du pays. Au cours de cette rencontre, les services habilités ont été appelés à redoubler d’efforts dans le recouvrement des taxes sur les produits forestiers des sociétés et des particuliers.

A cette fin, l’administration forestière a été invitée à user de transparence dans la gestion des recettes, dans l’octroi des agréments et permis spéciaux. De même, elle a été exhortée à assurer le suivi de l’exécution des clauses du cahier des charges particulier, surtout des projets en faveur du développement local.

Les participants à cette conférence ont manifesté leur adhésion aux appels de cette rencontre, en témoigne la déclaration du directeur départemental du Kouilou, M. Bila Ossebi. «Nous nous engageons à faire beaucoup avec un peu»,       a-t-il fait savoir, en souhaitant la mise à disposition, aux différentes structures, des moyens adéquats de travail et de protection. De même, il a souligné la nécessité de la formation continue en vue d’un renforcement des capacités opérationnelles des cadres et agents.

Selon la ministre de l’économie forestière, Mme Rosalie Matondo, les résultats obtenus à cette session de formation devraient motiver la poursuite de la réflexion sur les mécanismes d’approvisionnement durable du marché intérieur en produits ligneux.

«La flamme que nous venons d’allumer à l’occasion de la présente conférence doit se traduire dans la pratique par la mise en œuvre effective et efficiente des recommandations et orientations, notamment l’amélioration des performances de notre secteur, en dépit de la conjoncture économique»,       a-t-elle dit, avant d’exhorter à une «tolérance zéro» envers les agents indélicats.

La filière bois représente la deuxième ressource de l’Etat après le pétrole. Elle contribue à hauteur de 5,6% au produit intérieur brut. En 2017, le secteur a généré environ 17,5 milliards de francs CFA au Trésor public congolais, avec près de 7 424 emplois directs et 14 848 emplois indirects, a-t-on rappelé.

La prochaine conférence des directeurs départementaux élargie aux chefs de brigades est prévue en 2020. Elle permettra, entre autres, d’évaluer les capacités des administrations du secteur en matière de recouvrement des taxes forestières et d’autres produits, de produire de façon régulière des rapports d’activités et des statistiques forestières, de préserver les massifs et de suivre le respect des obligations contractuelles par les exploitants. (ACI)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *