CONGO/CULTURE : DIEUDONNE MOYONGO APPELLE LES CADRES ET AGENTS DE SON DEPARTEMENT AU TRAVAIL

BRAZZAVILLE, 09 FEV (ACI) – Le ministre de la culture et des arts, M. Dieudonné Moyongo, a appelé le 7 février à Brazzaville, tous les cadres et agents de son département ministériel à se mettre résolument au travail et à ne pas oublier qu’ils sont les gestionnaires d’un secteur de la vie, qui se situe au départ et à l’arrivée du destin de tous.

Cet appel a été lancé lors de son adresse aux agents de son département ministériel, qui avait pour objectif de conscientiser et de rappeler certaines dispositions administratives à tout le personnel de ce secteur.

A cette occasion, le ministre de la culture et des arts a ordonné aux directeurs généraux, au commissaire général du Festival Panafricain de Musique (FESPAM), aux directeurs centraux, aux chefs de service et aux chefs de bureaux d’instituer à compter de ce jour des cahiers de présence.

A cet effet, il a rappelé qu’en 2017 tous les salaires des fonctionnaires traités et mandatés au service de la solde ont été régulièrement payés. «Rien, alors rien, ne saurait expliquer l’absentéisme qui gangrène dangereusement l’administration publique», a-t-il martelé.

A ce sujet, il a rappelé que la loi 01/82 du 7 janvier 1982 sur les règles disciplinaires applicables aux agents de l’Etat demeure toujours en vigueur, de même que le décret n° 84/1993 du 29 décembre 1984, fixant les horaires de travail dans les administrations publiques, reste d’actualité. «L’échelle des sanctions prévues par la loi 01/82 va de l’avertissement à la révocation sans droit à la pension», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, il a mis en exergue les antivaleurs dont parlait le Président de la République, M. Denis sassou-N’guesso, le 30 décembre dernier, lors de son message sur l’état de la nation, devant le Parlement réuni en congrès. Il s’agit de la fraude, la concussion, le trafic d’influence, la paresse, la corruption, le laxisme, le repli identitaire, l’irresponsabilité, l’inconscience, l’instinct grégaire, la tendance à la gabegie, le non-respect à la chose publique et autres.

Ces antivaleurs, a indiqué M. Moyongo, qui conduisent inexorablement vers le chaos, constituent une menace pour la paix et la cohésion nationale, qui ont toujours été le crédo du Président de la République. «Pour faire marquer à notre pays un pas de plus vers le progrès, suivons donc les orientations du Chef de l’Etat», a-t-il plaidé.

En outre, il a notifié que des principes ont été édictés à travers les lois et règlements pour codifier la vie du fonctionnaire congolais. Cependant, a-t-il poursuivi, rien n’équivaut à la conscience du travail qui doit se sentir comme le maillon d’une chaine, qui libérera le pays des pesanteurs du sous-développement et de ses conséquences néfastes.  (ACI)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *