CONGO/DEVELOPPEMENT : PLUS DE 50% DES CONGOLAIS VIVENT DANS LA PRECARITE

BRAZZAVILLE, 09 FEV (ACI) – Environ 50,7 % des congolais sont pauvres, en dépit du 4ème rang mondial qu’occupe le Congo de plus grand producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, a récemment rappelé la ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Mme Antoinette Dinga-Dzondo.

Il s’agit notamment des personnes vivant avec handicap, les personnes âgées, les peuples autochtones, les familles nombreuses, les veuves et les orphelins, les malades indigents, la population victime des catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, les jeunes sans qualification et/ou sans emplois, ainsi que les retraités, a fait savoir Mme Dinga-Dzondo, qui a représenté le Congo à la 56ème session de la Commission de développement social,  achevé le 7 février dernier à New York, aux Etats-Unis.

Au cours de cette session placée sur le thème : «Stratégies pour éliminer la pauvreté afin d’atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD)», elle a expliqué que la précarité économique est la dimension déterminante de la vulnérabilité de la majorité des ménages congolais.

En outre,  la ministre en charge  des Affaires sociales a ajouté que cette situation est accentuée par la forte dépendance de l’économie à la seule rente pétrolière et par l’attitude d’une partie de la jeunesse qui ne se lance pas dans l’entreprenariat.

A cet effet, Mme Dinga-Dzondo a rappelé que le gouvernement congolais a fait de la lutte contre la pauvreté, la marginalisation et l’exclusion son cheval de bataille. De même, il a fait preuve de plus d’audace dans la mise en œuvre des mesures vigoureuses en matière de diversification de l’économie, de prévention et de protection contre la survenue des situations de vulnérabilité, de promotion et d’autonomisation des personnes et des communautés.

Parmi les mesures mises en œuvre par le Congo, la ministre des affaires sociales a évoqué l’adoption des programmes ciblés en faveur de la couche vulnérable précitée. De ce fait, elle a cité quelques projets en cours d’exécution, à savoir «Lisungi», synonyme d’entraide ou de solidarité, «Telema» qui signifie lève-toi.

En effet, ces projets visent la combinaison des transferts monétaires, les activités génératrices de revenus, les micro-crédits, la promotion de la fréquentation scolaire et la fréquentation des centres de santé, la mise en fonctionnement du dispositif de deux centres communautaires d’incubation des entreprises rurales.

Avec une population de 4,5 millions d’habitants, plus de 70 % de l’économie congolaise provient du secteur pétrolier qui apporte 80 % des recettes de l’Etat, rappelle-t-on. (ACI)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *