CREATION D’UN NOUVEAU SITE INTERNET DENOMME 242INFOSNET.CG

BRAZZAVILLE, 12 OCT (ACI) – Un nouveau site internet dénommé 242infosnet.cg vient d’être créé au Congo et s’est affirmé comme portail d’information des différentes compétitions liées aux 11èmes Jeux Africains dits Jeux du Cinquantenaire qui se sont tenus à Brazzaville, du 4 au 19 septembre dernier. Continuer la lecture de CREATION D’UN NOUVEAU SITE INTERNET DENOMME 242INFOSNET.CG

APPEL DE LA CONFERENCE EPISCOPALE DU CONGO POUR SAUVEGARDER LA CONCORDE

BRAZZAVILLE, 12 OCT (ACI) – Le président de la Conférence Episcopale du Congo (CEC), Mgr Daniel Mizonzo a lancé, le 4 octobre dernier à Rome en Italie, un appel pressant aux chrétiens, aux jeunes, aux hommes politiques, à la force publique et au peuple congolais pour qu’ils ne compromettent pas la paix dans le pays. Continuer la lecture de APPEL DE LA CONFERENCE EPISCOPALE DU CONGO POUR SAUVEGARDER LA CONCORDE

DOLISIE, 12 OCT (ACI) – Le président de l’ Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Congo antenne du Niari (ACAT-Niari), le pasteur Jean Gilbert Aristide Bayonne a plaidé à Dolisie, pour l’abolition de la peine de mort au Congo en raison, entre autres, de la sacralité de la vie et la dignité des humains, l’inefficacité de cette sentence dans la réduction du taux de criminalité dans le monde, les injustices et discriminations relevées dans son application et la violation des principes universelles des droits de l’homme qu’elle génère en faisant ôter la vie aux citoyens. Ce plaidoyer a été fait à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la peine de mort célébrée le 10 octobre dernier sur le thème «La peine de mort ne tue pas le trafic de drogue». Cette célébration a donné lieu à une matinée de réflexion organisée par l’ACAT-Niari avec la participation des responsables des églises catholique, lassyste, ngunza et les autorités politico-administratives locales. Selon la vision de l’ACAT, l’Etat n’a pas le droit d’exécuter ou ôter la vie d’un citoyen fut-il coupable, mais peut utiliser des procédés plus humains, tels que l’emprisonnement à vie pour réprimander en remplacement de la peine capitale. Le pasteur Bayonne a précisé que leur combat est focalisé sur la lutte contre les traitements cruels et dégradants des détenus. «Notre message est clair, abolition de la torture et de la peine de mort et nous ne cesserons d’en parler. De nombreux pays ont aboli la peine de mort et nous avons prévu de bombarder de lettres les instituions qui n’ont pas été au rendez-vous de cette réflexion afin qu’elles prennent connaissance du contenu de notre vision et adhèrent à notre démarche qui a commencé en 1986 au niveau de la fédération internationale de l’action des chrétiens pour la lutte contre la torture (FIACAT), le Congo ayant adhéré au mouvement en 2003 sous l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Congo (ACAT-Congo). Au cours de cette réflexion, les participants ont dit des prières en faveur de toutes les victimes des tortures. Ils ont été édifiés sur la position de l’Eglise catholique à travers l’exposé de l’évêque de Dolisie, Mgr Bienvenu Manamika, rendu par l’abbé Pépin Lézin Diokouandi et le curé de la paroisse Notre Dame de Fatima, l’abbé Christian Kouéné-Mouanda, favorables à l’abolition de la peine de mort. Faisant référence aux Saintes Ecritures, ils ont indiqué que Dieu interdit de verser le sang de l’homme. Il attache l’importance à la vie divine .Le droit à la vie est un droit inaliénable. Pour l’Eglise catholique, la peine de mort ne se justifie plus. L’Eglise opte pour la préservation de la vie et pour l’éducation morale. Il faut abolir la peine de mort, éradiquer la torture. Pour Me Rigobert Ndalou, représentant le maire de la ville de Dolisie à cette cérémonie, l’initiative prise par l’ACAT- Niari mérite des encouragements et doit inspirer plus d’un organisme. «Le combat à mener pour l’abolition de la peine de mort ne devait pas seulement intéresser les hommes politiques, mais doit impliquer tous les acteurs de la société. La vie est sacrée, c’est un principe retenu par la Déclaration universelle des droits de l’homme et toutes les constitutions du monde reprennent la même chose. Si elle est sacrée et que la peine de mort est toujours prononcée, c’est un non sens. Nous devons tous lutter pour que la peine de mort soit définitivement abolie».a-t-il dit sans son allocution de circonstance. Les participants ont, entre autres, proposé l’amélioration des conditions de détention dans les structures carcérales. (ACI)

SIBITI, 12 OCT (ACI) – Un atelier de sensibilisation sur les droits humains, la gouvernance et l’Etat de droit s’est tenu le 8 octobre dernier à Sibiti (département de la Lékoumou), afin de vulgariser les principes relatifs aux droits de l’homme et promouvoir l’Etat de droit au Congo.
Organisé par l’association «Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme» sur le thème «Consolider l’Etat de droit au Congo par l’éducation aux droits de l’homme, la participation citoyenne et la bonne gouvernance», cet atelier a réuni une soixantaine d’invités, parmi lesquels des cadres locaux.
Placé sous la supervision de M. Frank Loufoua Bessi, cet atelier s’est articulé autour de deux panels, à savoir «Les droits de l’homme, socle de la démocratie» et «Participation citoyenne, outil de la bonne gouvernance».
Le premier panel a eu pour sous-thèmes «Introduction générale aux droits de l’homme» et «Etat de droit et participation citoyenne, rôle des citoyens dans la protection des droits humains et amélioration de la gouvernance».
Le deuxième panel a eu pour sous-thèmes « Participation citoyenne dans le suivi du cycle électoral au Congo, droit à la participation, enjeux, défis et perspectives» et «Promotion de la bonne gouvernance : ITIE et droits économiques, sociaux et culturels en Républiques du Congo».
Outre M. Loufoua Bessi, deux autres orateurs, à savoir MM. Abdoulaye Sy et Jean Gabriel Mavanga, ont planché tour à tour sur les objectifs de cet atelier, entre autres, vulgariser les droits de l’homme, susciter une prise de conscience effective au regard des violations des droits de l’homme afin de mettre un terme à l’impunité, réfléchir sur les stratégies d’actions pour assurer le respect effectif des droits de l’homme à travers la participation citoyenne active.
Au terme de cet atelier, les participants ont adopté une série de recommandations relatives aux obstacles, défis, stratégies et perspectives. Au nombre des obstacles figurent l’analphabétisme et l’ignorance de l’existence de la loi portant sur les droits de l’homme, les failles en matière d’éduction académique et d’instruction à la citoyenneté, le manque d’information et de formation, l’impunité et les injustices multiformes, ainsi que la corruption et la fraude, l’ethnocentrisme et les discriminations sociales.
Parmi les défis à relever, les participants à l’atelier ont retenu l’alphabétisation de tous les citoyens en âge d’étudier, l’information et la formation sur la problématique des droits de l’homme par la diffusion et la promotion des textes de lois, l’application des textes relatifs aux droits de l’homme, favoriser le contact des populations avec la presse et les médias, promouvoir l’indépendance des institutions judiciaires.
Les stratégies adoptées à cette occasion consistent entre autres, à respecter la hiérarchie des normes juridiques, vulgariser les enseignements juridiques, nationaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme, former et éduquer le citoyen, dénoncer autant que possible les différentes formes de violations des droits de l’homme.
La pérennisation des ateliers de formation afin d’entretenir la dynamique enclenchée, l’organisation des campagnes de sensibilisation et la publication des rapports ainsi que les interventions radiophoniques et télévisées des communiqués de presse sont au nombre des perspectives adoptées par les participants. (ACI)

L’ACAT PLAIDE POUR L’ABOLITION DE LA PEINE DE MORT

DOLISIE, 12 OCT (ACI) – Le président de l’ Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Congo antenne du Niari (ACAT-Niari), le pasteur Jean Gilbert Aristide Bayonne a plaidé à Dolisie, pour l’abolition de la peine de mort au Congo en raison, entre autres, de la sacralité de la vie et la dignité des humains, l’inefficacité de cette sentence dans la réduction du taux de criminalité dans le monde, les injustices et discriminations relevées dans son application et la violation des principes universelles des droits de l’homme qu’elle génère en faisant ôter la vie aux citoyens. Continuer la lecture de L’ACAT PLAIDE POUR L’ABOLITION DE LA PEINE DE MORT

SENSIBILISER L’OPINION SUR LA PRECARITE DE LA SITUATION DE LA JEUNE FILLE

BRAZZAVILLE, 12 OCT (ACI) – Le gouvernement congolais a relevé, dans une déclaration rendue publique le 11 octobre à Brazzaville, la nécessité de sensibiliser l’opinion nationale et internationale sur la précarité de la situation de la jeune fille à travers le monde, de promouvoir et de protéger ses droits, afin de la mettre à l’abri des violences. Continuer la lecture de SENSIBILISER L’OPINION SUR LA PRECARITE DE LA SITUATION DE LA JEUNE FILLE

CALER LES ODD AUX PRIORITES DU CONGO

BRAZZAVILLE, 10 OCT (ACI) – Le coordonnateur résident du système des Nations Unies au Congo, M. Anthony Ohemeng-Boamah a annoncé, le 9 octobre dernier à Brazzaville, que dans le cadre de la collaboration du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (UNDAF) 2014-2018, son organisation prévoit d’aider le pays à caler  les Objectifs du Développement Durable (ODD) aux priorités du Congo. Continuer la lecture de CALER LES ODD AUX PRIORITES DU CONGO

LE MINISTRE MABIALA APPELLE A L’APPROPRIATION ET L’INTERIORISATION DE LA REFORME FONCIERE

BRAZZAVILLE, 09 OCT (ACI) – Le ministre des affaires foncières et du domaine public, M. Pierre Mabiala, a appelé, le 6 octobre à Brazzaville, les institutions, les communautés ainsi que les particuliers à s’approprier et intérioriser la réforme foncière pour la réussite de sa mise en œuvre. Continuer la lecture de LE MINISTRE MABIALA APPELLE A L’APPROPRIATION ET L’INTERIORISATION DE LA REFORME FONCIERE

L’AN 15 D’EXISTENCE DU GPC CELEBRE DANS UN ENVIRONNEMENT PROGRESSIF

BRAZZAVILLE, 01 OCT (ACI) – Le Groupement Para-Commando (GPC), a célébré le 29 septembre dernier à Brazzaville, ses 15 ans d’existence dans un environnement progressif, a fait savoir le Commandant de ce corps, le colonel Fermeté Blanchard Nguinou. Continuer la lecture de L’AN 15 D’EXISTENCE DU GPC CELEBRE DANS UN ENVIRONNEMENT PROGRESSIF

LE PREMIER CONGRES ORDINAIRE DE LA CSTC PREVU COURANT DECEMBRE 2015

BRAZZAVILLE, 26 SEP (ACI) – Les membres du Conseil Confédéral de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Congo (CSTC), ont adopté à l’unanimité, le 25 septembre à Brazzaville, la délibération portant convocation du premier congrès ordinaire de cette organisation syndicale devant se tenir courant décembre prochain. Continuer la lecture de LE PREMIER CONGRES ORDINAIRE DE LA CSTC PREVU COURANT DECEMBRE 2015

REDEFINIR LES BASES DU RESSOURCEMENT DU BUDGET POUR ASSURER LE DEVELOPPEMENT LOCAL

POINTE-NOIRE, 24 SEPT (ACI) – La deuxième session ordinaire du Conseil départemental du Kouilou se tient du 21 au 31 septembre à Pointe-Noire, avec pour objectif de redéfinir les bases du ressourcement du budget du département, en vue d’assurer le développement local.
Cette session est orientée vers deux axes essentiels, à savoir l’examen des affaires devant permettre à la collectivité de tirer un meilleur profit de l’exploitation faite dans le département des produits des carrières, des services d’hôtellerie, de la voie publique, des rivières et port. Le second axe consistera à rechercher le rééquilibrage du budget du Conseil, conformément à la conjoncture économique nationale actuelle.
Ouvrant les travaux de cette session, le président du Conseil départemental du Kouilou, M. Alexandre Mabiala, a indiqué que ces assisses se tiennent dans un contexte national de récession économique, occasionné par l’instabilité du prix du baril de pétrole. «Cette instabilité… est à l’origine du déséquilibre budgétaire manifeste, avec pour conséquence, la suppression de la dotation globale d’investissement pour cette 2015 et de la réduction considérable de la dotation de fonctionnement et de décentralisation», a fait savoir M. Mabiala.
A cet effet, il a souligné qu’il sera question de procéder à la révision du budget en cours d’exécution, voté en février dernier, pour équilibrer les dépenses de fonctionnement et supprimer, purement et simplement celles prévues en investissement.
Saisissant cette opportunité, le préfet du département du Kouilou, M. Fidèle Dimou a, dans sa communication, rappelé aux élus locaux l’intérêt de l’harmonie du couple déconcentration-décentralisation formé, soulignant que «nous sommes condamnés à travailler en synergie, si nous voulons réellement du développement de notre département dans l’intérêt bien compris de nos populations».
Rappelant également les missions des uns et des autres dans de théâtre d’opérations, M. Dimou a dit que celles du Conseil départemental consistent à délibérer, à exécuter les délibérations, à intervenir dans tous les plans de la vie sociale, économique et culturelle des citoyens.
Selon lui, le département en tant que représentant de l’Etat a les siennes, parmi lesquelles assurer la tutelle du Conseil qui n’est rien d’autre que le contrôle qui s’exerce sous forme administrative, financière et technique, conformément aux dispositions de la loi relative à l’exercice de la tutelle sur les collectives locales.
Etant une mission primordiale dans un Etat de droit, ce contrôle s’exerce moins avec une volonté de censurer le Conseil départemental que dans un esprit d’aide et de conseil que jusque-là les choses se passent assez bien depuis les mandatures passées, sauf en matière de passation des marchés et contrats publics locaux pour lesquels le Conseil n’a jamais respecté l’obligation légale de transmission. A ce sujet, une lettre a été adressée au président du bureau du Conseil afin que cette obligation soit désormais respectée.
Au sujet des marchés, il a cité par districts quelques ouvrages publics inachevés ou partiellement achevés, afin que dans les prochaines programmations du Conseil, un effort soit fait pour leur aboutissement.
Pointe-Noire et le Kouilou étant deux départements distincts bien que proches à plusieurs points de vue, M. Dimou a appelé les conseillers à réfléchir sur la question du patrimoine, surtout immobilier du Conseil départemental du Kouilou, situé à Pointe-Noire, la question de la rétrocession de cette taxe au conseil et du personnel décisionnaire en service dans les administrations du département de Pointe-Noire, moins rémunéré sur la dotation globale de la décentralisation du Kouilou.
M. Dimou a, par ailleurs, souhaité qu’à l’avenir les réunions du Conseil se tiennent au siège de la préfecture, conformément à la loi 7-2003 du 6 février 2003 portant organisation et fonctionnement des collectivités locales. (ACI) YOKA Beatrice

DEUX PRESUMES BRAQUEURS BRULES VIFS

POINTE-NOIRE, 08 SEPT (ACI) – Deux présumés braqueurs dont les identités ne sont pas révélées, rattrapés récemment par les populations au quartier Fond Tié-Tié, dans le troisième arrondissement de Pointe-Noire, ont été brûlés vifs, a-t-on appris de source sûre. Continuer la lecture de DEUX PRESUMES BRAQUEURS BRULES VIFS

LANCEMENT DES 11èmes JEUX AFRICAINS

BRAZZAVILLE, 04 SEPT (ACI) – Le Président de la République, M. Denis Sassou-N’guesso procède, ce samedi 4 septembre, à Brazzaville, au lancement des 11èmes Jeux Africains auxquels prendront part près de 10 mille athlètes de 48 pays africains pour 22 disciplines.(ACI) Sosthène MILANDOU Continuer la lecture de LANCEMENT DES 11èmes JEUX AFRICAINS

LE NOUVEAU MAIRE DE MOUNGALI PREOCCUPE A ASSAINIR SON ARRONDISSEMENT

BRAZZAVILLE, 27 AOUT (ACI) – Le nouveau maire de l’arrondissement 4 Moungali, M. Alphonse Benjamin Loukakou, a lancé le 25 août dernier à Brazzaville, en présence de ses collègues des autres arrondissements, une opération d’assainissement en vue de dégager les dépotoirs d’ordures situés à proximité du pont du Centenaire. Continuer la lecture de LE NOUVEAU MAIRE DE MOUNGALI PREOCCUPE A ASSAINIR SON ARRONDISSEMENT