REDEFINIR LES BASES DU RESSOURCEMENT DU BUDGET POUR ASSURER LE DEVELOPPEMENT LOCAL

POINTE-NOIRE, 24 SEPT (ACI) – La deuxième session ordinaire du Conseil départemental du Kouilou se tient du 21 au 31 septembre à Pointe-Noire, avec pour objectif de redéfinir les bases du ressourcement du budget du département, en vue d’assurer le développement local.
Cette session est orientée vers deux axes essentiels, à savoir l’examen des affaires devant permettre à la collectivité de tirer un meilleur profit de l’exploitation faite dans le département des produits des carrières, des services d’hôtellerie, de la voie publique, des rivières et port. Le second axe consistera à rechercher le rééquilibrage du budget du Conseil, conformément à la conjoncture économique nationale actuelle.
Ouvrant les travaux de cette session, le président du Conseil départemental du Kouilou, M. Alexandre Mabiala, a indiqué que ces assisses se tiennent dans un contexte national de récession économique, occasionné par l’instabilité du prix du baril de pétrole. «Cette instabilité… est à l’origine du déséquilibre budgétaire manifeste, avec pour conséquence, la suppression de la dotation globale d’investissement pour cette 2015 et de la réduction considérable de la dotation de fonctionnement et de décentralisation», a fait savoir M. Mabiala.
A cet effet, il a souligné qu’il sera question de procéder à la révision du budget en cours d’exécution, voté en février dernier, pour équilibrer les dépenses de fonctionnement et supprimer, purement et simplement celles prévues en investissement.
Saisissant cette opportunité, le préfet du département du Kouilou, M. Fidèle Dimou a, dans sa communication, rappelé aux élus locaux l’intérêt de l’harmonie du couple déconcentration-décentralisation formé, soulignant que «nous sommes condamnés à travailler en synergie, si nous voulons réellement du développement de notre département dans l’intérêt bien compris de nos populations».
Rappelant également les missions des uns et des autres dans de théâtre d’opérations, M. Dimou a dit que celles du Conseil départemental consistent à délibérer, à exécuter les délibérations, à intervenir dans tous les plans de la vie sociale, économique et culturelle des citoyens.
Selon lui, le département en tant que représentant de l’Etat a les siennes, parmi lesquelles assurer la tutelle du Conseil qui n’est rien d’autre que le contrôle qui s’exerce sous forme administrative, financière et technique, conformément aux dispositions de la loi relative à l’exercice de la tutelle sur les collectives locales.
Etant une mission primordiale dans un Etat de droit, ce contrôle s’exerce moins avec une volonté de censurer le Conseil départemental que dans un esprit d’aide et de conseil que jusque-là les choses se passent assez bien depuis les mandatures passées, sauf en matière de passation des marchés et contrats publics locaux pour lesquels le Conseil n’a jamais respecté l’obligation légale de transmission. A ce sujet, une lettre a été adressée au président du bureau du Conseil afin que cette obligation soit désormais respectée.
Au sujet des marchés, il a cité par districts quelques ouvrages publics inachevés ou partiellement achevés, afin que dans les prochaines programmations du Conseil, un effort soit fait pour leur aboutissement.
Pointe-Noire et le Kouilou étant deux départements distincts bien que proches à plusieurs points de vue, M. Dimou a appelé les conseillers à réfléchir sur la question du patrimoine, surtout immobilier du Conseil départemental du Kouilou, situé à Pointe-Noire, la question de la rétrocession de cette taxe au conseil et du personnel décisionnaire en service dans les administrations du département de Pointe-Noire, moins rémunéré sur la dotation globale de la décentralisation du Kouilou.
M. Dimou a, par ailleurs, souhaité qu’à l’avenir les réunions du Conseil se tiennent au siège de la préfecture, conformément à la loi 7-2003 du 6 février 2003 portant organisation et fonctionnement des collectivités locales. (ACI) YOKA Beatrice

DEUX PRESUMES BRAQUEURS BRULES VIFS

POINTE-NOIRE, 08 SEPT (ACI) – Deux présumés braqueurs dont les identités ne sont pas révélées, rattrapés récemment par les populations au quartier Fond Tié-Tié, dans le troisième arrondissement de Pointe-Noire, ont été brûlés vifs, a-t-on appris de source sûre. Continuer la lecture de DEUX PRESUMES BRAQUEURS BRULES VIFS

LANCEMENT DES 11èmes JEUX AFRICAINS

BRAZZAVILLE, 04 SEPT (ACI) – Le Président de la République, M. Denis Sassou-N’guesso procède, ce samedi 4 septembre, à Brazzaville, au lancement des 11èmes Jeux Africains auxquels prendront part près de 10 mille athlètes de 48 pays africains pour 22 disciplines.(ACI) Sosthène MILANDOU Continuer la lecture de LANCEMENT DES 11èmes JEUX AFRICAINS

LE NOUVEAU MAIRE DE MOUNGALI PREOCCUPE A ASSAINIR SON ARRONDISSEMENT

BRAZZAVILLE, 27 AOUT (ACI) – Le nouveau maire de l’arrondissement 4 Moungali, M. Alphonse Benjamin Loukakou, a lancé le 25 août dernier à Brazzaville, en présence de ses collègues des autres arrondissements, une opération d’assainissement en vue de dégager les dépotoirs d’ordures situés à proximité du pont du Centenaire. Continuer la lecture de LE NOUVEAU MAIRE DE MOUNGALI PREOCCUPE A ASSAINIR SON ARRONDISSEMENT

LA COMMISSION SANTE DU COJA MOBILISEE POUR LA BONNE TENUE DES 11EMES JEUX AFRICAINS

BRAZZAVILLE, 26 AOUT (ACI) – Le président de la Commission santé, hygiène et lutte antidopage du Comité d’Organisation des Jeux Africains (COJA), le Pr Alexis Elira Dokékias a appelé, le 21 août dernier à Brazzaville, les cadres de santé en général et les membres de sa commission en particulier, à la mobilisation, en vue d’une couverture sanitaire efficiente pendant les Jeux du cinquantenaire qui se tiendront dans la capitale congolaise, du 4 au 19 septembre prochain. Continuer la lecture de LA COMMISSION SANTE DU COJA MOBILISEE POUR LA BONNE TENUE DES 11EMES JEUX AFRICAINS

LE NOUVEAU PREFET DE LA VILLE PROMET D’EXERCER LE CONTROLE SELON LES REGLES

BRAZZAVILLE, 22 AOUT (ACI) – Le nouveau préfet de Brazzaville, M. Pierre Cébert Ibocko-Onangha a promis le 20 août dernier dans la ville capitale, d’exercer le contrôle tel qu’édicté par les prescriptions relatives à la décentralisation et tel que conseillé par d’éminents spécialistes de la science administrative en matière d’exercice de la tutelle. Continuer la lecture de LE NOUVEAU PREFET DE LA VILLE PROMET D’EXERCER LE CONTROLE SELON LES REGLES

PLUS DE 79 MILLIARDS DE FCFA SUR LES 400 MILLIARDS ATTENDUS ET ESTIMES DEJA DECAISSES

OUESSO, 15 AOUT (ACI) – Les taux de décaissements des travaux de la municipalisation accélérée du département de la Sangha, toutes tendances confondues, grands travaux et projets préfectoraux, se chiffrent à ce jour à 79 milliards 845 millions de FCFA sur les 400 milliards attendus et estimés. Continuer la lecture de PLUS DE 79 MILLIARDS DE FCFA SUR LES 400 MILLIARDS ATTENDUS ET ESTIMES DEJA DECAISSES

68.550 ENFANTS DE 0 à 5 ANS VACCINE LA POLIOMYELITE

Dolisie, 14 aout (ACI)- 68550 enfants de 0 à 5 ans du département du Niari ont été vaccinés au 2ème passage de la campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite qui s’est déroulée du 30 au 2 août dernier, soit un pourcentage de 117% sur une population cible de 58.600 enfants. Continuer la lecture de 68.550 ENFANTS DE 0 à 5 ANS VACCINE LA POLIOMYELITE

LE MINISTRE COLLINET MAKOSSO RECONNAIT LES ANTIVALEURS DU SIECLE PRESENT

BRAZZAVILLE, 13 AOÛT (ACI)-Le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, M. Anatole Collinet Makosso a reconnu le 11 août dernier à Brazzaville, à la clôture du colloque internationale de la Jeunesse Chrétienne Combattante (JCC), les antivaleurs de ce siècle présent à l’instar de l’abomination et de la corruption. Continuer la lecture de LE MINISTRE COLLINET MAKOSSO RECONNAIT LES ANTIVALEURS DU SIECLE PRESENT

BRAZZAVILLE ABRITERA UN ATELIER SOUS REGIONAL SUR LES ASPECTS LIES AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

BRAZZAVILE, 12 AOÛT (ACI) –Une quinzaine de journalistes en provenance de huit pays de l’Afrique Centrale vont participer du 26 au 29 août prochain à Brazzaville, à un atelier sous régional placé sous le thème «L’information sur les changements climatiques», rapporte un document de la Fédération Syndicale des Travailleurs de la Communication (FESYTRAC) parvenu à L’ACI. Continuer la lecture de BRAZZAVILLE ABRITERA UN ATELIER SOUS REGIONAL SUR LES ASPECTS LIES AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

30 ANS D’EMPRISONNEMENT POUR L’ANCIEN MAIRE DE LA VILLE DE OUESSO ET SES CO-ACCUSES

OUESSO, 10 AOUT (ACI) – La Cour d’Appel de Ouesso, a condamné, le 7 août dernier, dans cette localité, l’ancien maire de la ville, M. Siméon Mobondé et cinq autres personnes reconnus coupables pour assassinat, viol et mutilation de cadavres, à une peine de 30 ans de travaux forcés à l’issue de la 2ème  session ordinaire de la Cour criminelle ouverte  récemment.

Sur les 10 personnes accusées dans l’affaire dite des «Kata-Kata» remontant à Continuer la lecture de 30 ANS D’EMPRISONNEMENT POUR L’ANCIEN MAIRE DE LA VILLE DE OUESSO ET SES CO-ACCUSES

DON DE MATERIELS INFORMATIQUES AU MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA FEMME

 

BRAZZAVILLE, 10 AOUT (ACI) – L’ambassadeur de la République de Turquie au Congo, M. Can Incessu, a procédé le 8 août à Brazzaville, à la remise des équipements informatiques, de communication et de couture au ministère congolais de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, en vue de contribuer à garantir le soutien des femmes et des jeunes filles désœuvrées et de les orienter vers les activités génératrices de revenus. Continuer la lecture de DON DE MATERIELS INFORMATIQUES AU MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA FEMME

CONSOLIDATION DE LA 3EME EDITION DE LA COLONIE DE VACANCES A OUESSO

OUESSO, 10 AOUT (ACI) – Le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, M. Anatole Collinet Makosso, a qualifié le 7 août dernier à Ouesso dans le département de la Sangha, la 3ème édition de la colonie de vacances organisée par son département en partenariat avec la Fondation Edith Lucie Bongo Ondimba (FELBO) du 7 au 21 août prochain, d’une consolidation et d’une consécration de la colonie de vacances, un dispositif qui devra déjà subsister autant qu’il devra être poursuivi.

Cette qualification a été faite à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 3ème édition de la colonie de vacances, Ouesso 2015, après celles de Djambala dans le département des Plateaux en 2013 et de Sibiti dans le département de la Lékoumou en 2014.

Selon le ministre Makosso, la colonie de vacances permet de renforcer le communautarisme et le vivre ensemble au travers de ce brassage d’enfants venus des 12 départements  du pays. «Les rencontres que les enfants organisent dans ces temps-ci, les amitiés et les liens qui se tissent dans les périodes de ce genre, sont des liens forts qu’ils garderont durant toute leur vie», a-t-il poursuivi.

A cette occasion, il a rassuré que les dispositions ont été prises pour garantir la sécurité des enfants, afin qu’ils passent de très bonnes vacances en mettant également à leur disposition une équipe de médecins, des diététiciens, des nutritionnistes qui veillent sur la qualité de la nourriture qu’on donne aux enfants et des animateurs qui ont été formés en France.

Pour sa part, le préfet de la Sangha, M. Adolphe Elemba, a pris l’engagement d’assurer la sécurité de cette colonie et d’apporter son appui matériel, annonçant à cet effet, l’offre du bois par une société forestière de la place, afin de construire immédiatement un restaurant pour les enfants.

«Notre apport sera tous azimuts jusqu’au 27 août prochain, jour de clôture de cette colonie, afin d’assurer la réussite de cet évènement», a-t-il poursuivi. Pour lui, ce brassage est un socle pour l’unité nationale.

En outre, il a rassuré le ministre de la jeunesse de son soutien, afin que soit pérennisée cette activité pour la préparation des enfants. «Il n’y a pas que la politique dans le développement d’un pays, il faut également préparer les enfants à s’aimer et à se connaître, cela est la base de l’unité nationale, de la création du sentiment de la nation congolaise qui commence par les colonies de vacances», a-t-il ajouté.

Cette 3ème édition a connu la participation de près de 450 enfants, contre 287 enfants pour celle de Djambala et 422 enfants pour celle de Sibiti, a-t-on appris.

Pour la directrice générale de la FELBO, Mme Patricia Kounkou, leur fondation s’est engagé à soutenir cette colonie parce qu’il y a une volonté dans cet évènement qui correspond à l’éthique de la FELBO qui sert l’image de Mme Edith Lucie Bongo Ondimba très sensible à l’épanouissement de l’enfant.

Plusieurs autorités administratives, politiques locales ont aussi pris part à cette activité qui a été ponctuée par un rituel traditionnel du chef coutumier de cette localité, demandant aux mannes de ce département de protéger les enfants. (ACI) Blanchard BOTE