30 ANS D’EMPRISONNEMENT POUR L’ANCIEN MAIRE DE LA VILLE DE OUESSO ET SES CO-ACCUSES

OUESSO, 10 AOUT (ACI) – La Cour d’Appel de Ouesso, a condamné, le 7 août dernier, dans cette localité, l’ancien maire de la ville, M. Siméon Mobondé et cinq autres personnes reconnus coupables pour assassinat, viol et mutilation de cadavres, à une peine de 30 ans de travaux forcés à l’issue de la 2ème  session ordinaire de la Cour criminelle ouverte  récemment.

Sur les 10 personnes accusées dans l’affaire dite des «Kata-Kata» remontant à Continuer la lecture de 30 ANS D’EMPRISONNEMENT POUR L’ANCIEN MAIRE DE LA VILLE DE OUESSO ET SES CO-ACCUSES

PRESENTATION DU LIVRE «UN DESTIN BRISE»

 

POINTE-NOIRE, 10 AOUT (ACI) – Le livre intitulé «Un Destin Brisé» du Dr Itsoukou-Nzouzi Prestige  Bervelyne publié aux éditions LMI en  mars dernier, a été présenté au public de Pointe-Noire le 31 juillet dernier, au  Centre culturel Tati-Loutard.

Cet ouvrage de  130 pages  parle de l’amour  qui  mine de nos jours les  milieux scolaire, universitaire et tout simplement juvénile, et des  conséquences d’un tel  sentiment face à la fougue qu’il suscite dans les  cœurs concernés,  au point de  briser tout un  destin. Continuer la lecture de PRESENTATION DU LIVRE «UN DESTIN BRISE»

DON DE MATERIELS INFORMATIQUES AU MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA FEMME

 

BRAZZAVILLE, 10 AOUT (ACI) – L’ambassadeur de la République de Turquie au Congo, M. Can Incessu, a procédé le 8 août à Brazzaville, à la remise des équipements informatiques, de communication et de couture au ministère congolais de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, en vue de contribuer à garantir le soutien des femmes et des jeunes filles désœuvrées et de les orienter vers les activités génératrices de revenus. Continuer la lecture de DON DE MATERIELS INFORMATIQUES AU MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA FEMME

RENFORCER LES CAPACITES PROFESSIONNELLES DES HOMMES DES MEDIAS

BRAZZAVILLE, 10 AOUT (ACI) – Un séminaire de formation des journalistes sportifs reporters des différents organes de  télé, radio et de la presse écrite du Congo, s’est tenu du 4 au 5 août dernier à Brazzaville,  à l’orée des 11èmesJeux  Africains, dits Jeux du Cinquantenaire,  en vue de leur permettre d’assurer avec maîtrise et efficacité le traitement des informations liées à ce grand événement

que le pays a l’honneur d’organiser pour la seconde fois de son histoire. Continuer la lecture de RENFORCER LES CAPACITES PROFESSIONNELLES DES HOMMES DES MEDIAS

1ERE CONVENTION DE SAINTETE DE L’ARMEE DU SALUT

BRAZZAVILLE,   10  AOUT   (ACI) –  Le Chef de  territoire de l’Armée du Salut (AS) au Congo et la Présidente territoriale du Ministère Féminin, les commissaires Onal et Edmane Castor, assistés de leurs homologues retraités du Zimbabwe, les commissaires Stuart et Hope Mungate, ont officié, le 9 août dernier dans la salle du Cinquantenaire de Moungali (4ème arrondissement) à Brazzaville, une réunion de sainteté clôturant la 1ère convention de sainteté de cette confession religieuse au Congo. Continuer la lecture de 1ERE CONVENTION DE SAINTETE DE L’ARMEE DU SALUT

AVANCEES CONSIDERABLES DES TRAVAUX DU VILLAGE ARTISANAL

BRAZZAVILLE, 10 AOUT (ACI) – La ministre des Petites, Moyennes Entreprises (PME) et de l’artisanat, Mme Yvonne Adélaïde Mougany, a traduit sa satisfaction le 6 août dernier à Brazzaville, au terme de la visite du chantier du village artisanal dont les travaux ont connu des avancées considérables.

Ces travaux qui sont réalisés par trois sociétés, notamment Syco-Sylla Compagnie, Bacel Congo et OCBTP,  sont  financés par le fonds des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE),  à hauteur d’un milliard et demi de FCFA. Continuer la lecture de AVANCEES CONSIDERABLES DES TRAVAUX DU VILLAGE ARTISANAL

CONSOLIDATION DE LA 3EME EDITION DE LA COLONIE DE VACANCES A OUESSO

OUESSO, 10 AOUT (ACI) – Le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, M. Anatole Collinet Makosso, a qualifié le 7 août dernier à Ouesso dans le département de la Sangha, la 3ème édition de la colonie de vacances organisée par son département en partenariat avec la Fondation Edith Lucie Bongo Ondimba (FELBO) du 7 au 21 août prochain, d’une consolidation et d’une consécration de la colonie de vacances, un dispositif qui devra déjà subsister autant qu’il devra être poursuivi.

Cette qualification a été faite à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 3ème édition de la colonie de vacances, Ouesso 2015, après celles de Djambala dans le département des Plateaux en 2013 et de Sibiti dans le département de la Lékoumou en 2014.

Selon le ministre Makosso, la colonie de vacances permet de renforcer le communautarisme et le vivre ensemble au travers de ce brassage d’enfants venus des 12 départements  du pays. «Les rencontres que les enfants organisent dans ces temps-ci, les amitiés et les liens qui se tissent dans les périodes de ce genre, sont des liens forts qu’ils garderont durant toute leur vie», a-t-il poursuivi.

A cette occasion, il a rassuré que les dispositions ont été prises pour garantir la sécurité des enfants, afin qu’ils passent de très bonnes vacances en mettant également à leur disposition une équipe de médecins, des diététiciens, des nutritionnistes qui veillent sur la qualité de la nourriture qu’on donne aux enfants et des animateurs qui ont été formés en France.

Pour sa part, le préfet de la Sangha, M. Adolphe Elemba, a pris l’engagement d’assurer la sécurité de cette colonie et d’apporter son appui matériel, annonçant à cet effet, l’offre du bois par une société forestière de la place, afin de construire immédiatement un restaurant pour les enfants.

«Notre apport sera tous azimuts jusqu’au 27 août prochain, jour de clôture de cette colonie, afin d’assurer la réussite de cet évènement», a-t-il poursuivi. Pour lui, ce brassage est un socle pour l’unité nationale.

En outre, il a rassuré le ministre de la jeunesse de son soutien, afin que soit pérennisée cette activité pour la préparation des enfants. «Il n’y a pas que la politique dans le développement d’un pays, il faut également préparer les enfants à s’aimer et à se connaître, cela est la base de l’unité nationale, de la création du sentiment de la nation congolaise qui commence par les colonies de vacances», a-t-il ajouté.

Cette 3ème édition a connu la participation de près de 450 enfants, contre 287 enfants pour celle de Djambala et 422 enfants pour celle de Sibiti, a-t-on appris.

Pour la directrice générale de la FELBO, Mme Patricia Kounkou, leur fondation s’est engagé à soutenir cette colonie parce qu’il y a une volonté dans cet évènement qui correspond à l’éthique de la FELBO qui sert l’image de Mme Edith Lucie Bongo Ondimba très sensible à l’épanouissement de l’enfant.

Plusieurs autorités administratives, politiques locales ont aussi pris part à cette activité qui a été ponctuée par un rituel traditionnel du chef coutumier de cette localité, demandant aux mannes de ce département de protéger les enfants. (ACI) Blanchard BOTE

 

UN COLLOQUE SUR LA MODE AFRICAINE

BRAZZAVILLE, 10 AOUT (ACI) – La ministre des Petites, Moyennes Entreprises (PME) et de l’artisanat, Mme Yvonne Adélaïde Mougany, a déclaré le 7 août dernier à Brazzaville,  que la mode et ses métiers constituent une opportunité d’emplois et de développement économique en Afrique.

Au cours d’un colloque international sur la mode africaine organisé dans le cadre de la première édition de «Brazza-Fashion Night 2015» par le groupe Sorom-Color de M. Romaric Oniangué, Mme Mougany a réaffirmé l’engagement du Congo pour que l’artisanat soit un gisement d’emplois, avec l’implémentation des ateliers d’arts et des métiers du secteur.

Sur la valorisation de la matière première du textile africain, la ministre en charge de l’artisanat, a insisté sur la formation professionnelle et l’apprentissage de qualité pour les générations nouvelles des créateurs et faire de la mode africaine basée sur la promotion du textile local, la capacité d’innovation dans le contexte de la mondialisation.

«L’artisanat doit se battre pour devenir un secteur porteur dans la lutte contre la pauvreté et la production des richesses sur le continent. Ainsi, l’avenir du textile africain passe par l’utilisation des matières premières comme le raphia, le coton, le drill et autres produits locaux dans le domaine de la mode à exporter en dehors du continent», a fait observer la ministre des PME et de l’artisanat du Congo.

En effet, la journée des conférences-débats de ce colloque sur «La modernisation et l’exportation de la mode africaine», a permis aux professionnels de la mode, investisseurs, organisations institutionnelles et acteurs artisanaux locaux de proposer des idées novatrices et des actions concrètes, en vue de participer au rayonnement de la mode «Made in Africa» dans la sous-région et à l’international.

Au total, trois panels ont été animés par des spécialistes et experts du secteur de l’artisanat, de l’industrie textile, de l’exploitation de la mode africaine, portant notamment sur les thèmes «Quel avenir pour l’industrie textile en Afrique», «Comment valoriser et exporter le Made in Africa», «Quel financement pour les industries  créatives en Afrique».

Par ailleurs, «Brazza-Fashion Night 2015» est une rencontre de jeunes talents, d’une grande portée culturelle destinée, entre autres, à sensibiliser les consciences et découvrir les nouveaux créateurs de la mode africaine, tout en valorisant le secteur de l’artisanat et la promotion des métiers connexes de la mode. (ACI) Dédé MASSAMBA

22 PROFESSIONNELS FORMES AU TRAITEMENT DE LA MALADIE MONKEYPOX

BRAZZAVILLE, 10 AOUT (ACI) – Une équipe d’experts des Centres de Prévention et de Contrôle des Maladies des Etats-Unis (U.S. CDC) et du Fonds International de la Conservation et de l’Education (INCEF)  avec la participation du ministère de la santé et de la population a formé, du 13 au 17 juillet dernier à Impfondo, 22 professionnels de la santé en surveillance, à la détection et au traitement de la maladie Monkeypox et procédé à la distribution des kits de collection de spécimens au personnel médical, indique un communiqué de presse.

Cette maladie virale, transmise à l’homme par certains animaux sauvages, est endémique en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale. Tandis que la majorité des cas humains sont répertoriés en République Démocratique du Congo (RDC), le conflit interethnique qui y perdure a engendré l’augmentation du mouvement de réfugiés de la RDC vers la région d’Impfondo, dans le département de la Likouala,  résultant en un nombre croissant de cas répertoriés en République du Congo depuis 2009.

Cette  équipe d’experts a effectué, à la même occasion, des sessions d’information et d’éducation, à base de films, sur le Monkeypox, y compris sa transmission à l’homme par les animaux sauvages, auprès de plus de mille membres des communautés locales d’Impfondo et du département de la Likouala.  Grâce à cette initiative, la population et le personnel de santé peuvent mieux reconnaître les signes d’un animal malade, ce qui est  un atout essentiel afin d’éviter de manger, de vendre, ou de rentrer en contact avec les animaux contaminés par les maladies mortelles.

La fréquence et la diversité de la mobilité de la population mondiale ne cesse de croître,  et les risques sanitaires partagés plus récemment par la flambée d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Celle-ci a souligné l’importance de renforcer les capacités d’identification, de prévention, et de traitement de toutes maladies infectieuses sur le plan mondial.

Ce communiqué souligne  que les Etats-Unis attachent une importance toute particulière à développer et renforcer ces capacités de par le monde. L’Agence pour le Développement International des Etats-Unis (USAID) a lancé en 2009 le Programme de lutte contre les Pandémies Emergentes (EPT). L’USAID collabore ainsi avec les gouvernements de plus de 20 pays, dont la République du Congo, pour renforcer les capacités de détection, de prévention et de riposte aux maladies zoonotiques, dont l’Ebola. Aujourd’hui, un grand nombre d’agences du gouvernement des Etats-Unis est désormais impliqué dans la mise en place de l’Agenda Global de Sécurité.

Cette mission conjointe à Impfondo participe à avancer cet agenda, non seulement en améliorant les connaissances du personnel médical et des communautés locales sur le Monkeypox, mais en permettant également de renforcer les capacités régionales en soins et en gestion des maladies infectieuses.

Cette collaboration entre les experts internationaux et le ministère de la santé et de la population s’inscrit dans un but en long terme de renforcer l’étroit partenariat entre les Etats-Unis d’Amérique et la République du Congo en matière de santé. Les Etats-Unis d’Amérique sont résolument engagés à accompagner le Congo dans cette noble mission de devenir un leader sous-régional dans la gestion de crises et de sécurité sanitaire. (ACI) Sosthène MILANDOU

 

 

 

 

 

 

 

LE CJE LANCE LA CAMPAGNE DE VULGARISATION SUR LA CONSTITUTION

BRAZZAVILLE, 13 JUIL (ACI) – La présidente du Collectif des Jeunes Emergents (CJE), Mme Avanké Tsatsa Lékoundzou, a lancé au cours de la conférence-débat placée sous le thème «Parlons Constitution» le 9 juillet à Brazzaville, la campagne de vulgarisation de cette loi fondamentale du 20 janvier 2002.

L’objectif subliminal de cette campagne, a déclaré Mme Lékoundzou, est de créer une opportunité d’information et de formation sur la Constitution en vigueur, d’effectuer une analyse de cette loi fondamentale en mettant en relief son contenu, ses forces et faiblesses.

«Cette approche globale vise, entre autres, à expliquer aux populations la légalité ainsi que la légitimité des différents mécanismes mis en œuvre autour de cette Constitution, de manière à ce qu’elles puissent décider elles-mêmes», a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, l’oratrice a souligné qu’en décidant de parler aujourd’hui de la Constitution, il est question de détruire les murs opaques de l’incompréhension. Car, a-t-elle ajouté, certaines personnes estiment qu’à l’heure actuelle, parler de ce sujet serait atteindre des lignes infranchissables oubliant ainsi que c’est précisément derrière les barrières que se trouve le progrès.

Au sujet du dialogue national, le CJE qui se dit favorable à cette concertation, s’inscrit dans la posture annoncée par le Chef de l’Etat, M. Denis Sassou-N’guesso, le 30 juin dernier autour de la tenue de ce dialogue afin d’apporter sa contribution à cette question essentielle qui porte sur l’avenir du pays.

A cet effet, le CJE encourage la jeunesse congolaise à formuler des propositions pertinentes pour l’éveil des consciences dans le but d’éviter la confusion entretenue ces derniers temps.

Dans les circonstances actuelles, le Collectif se doit de multiplier les initiatives indispensables pour que son engagement le soit en connaissance de cause, a renchéri la présidente du CJE.

Cette conférence-débat qui a connu la participation effective des jeunes issus des partis politiques, de l’université et de la société civile, a été animée par M. Pierre François Laval, constitutionnaliste, docteur en droit public en France, qui s’est beaucoup appesanti sur l’élément fondamental de la Constitution, celui de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judicaire qui, selon lui, font partie des principes d’une vraie démocratie. (ACI)

LE DIALOGUE NATIONAL, UNE DEMARCHE PEDAGOGIQUE DEMOCRATIQUE ET OUVERTE

BRAZZAVILLE, 13 JUIL (ACI) – Le Président de la République du Congo, M. Denis Sassou-N’guesso, a qualifié le 9 juillet dernier à Brazzaville, le dialogue national sans exclusive qu’il a initié du 13 au 15 juillet 2015, d’une «démarche pédagogique, démocratique, ouverte et d’une meilleure mesure qui consiste à faire que le peuple congolais s’approprie son propre processus de développement».

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la presse nationale et internationale, à son retour d’une visite de travail en France, le Chef de l’Etat a dit avoir rencontré le Président français, M. François Hollande, le premier ministre, M. Manuel Valls, le ministre de l’intérieur et plusieurs autres autorités françaises avec lesquels il a discuté des questions ayant trait aux relations entre les deux pays.

«Il faut donner au peuple la possibilité de s’approprier son propre développement, voilà pourquoi ces consultations ont été larges et voilà pourquoi ce dialogue est inclusif et je ne vois pas comment on peut refuser à un peuple le droit de s’interroger sur sa propre vie, sur ses institutions et sur leur avenir», s’est-il argumenté, précisant qu’ici il s’agit de la démocratie.

Pour ce qui est de l’appréciation des autorités françaises à ce sujet, le Président Sassou-N’guesso a fait savoir que les autorités françaises sont des partenaires du Congo et à l’occasion de telles rencontres, ils échangent des informations sur la situation dans leurs pays et qu’il a donné des informations au sujet de l’évolution du processus démocratique dans son pays et les mesures que le gouvernement prend, telles que la consultation et maintenant le dialogue.

Selon lui, ces informations ont été bien reçues par leurs partenaires.«Je ne parle pas à la place des autorités françaises, je pense qu’au niveau des observateurs en général, c’est une démarche qui est appréciée parce qu’elle est ouverte, elle n’exclut personne, c’est une bonne chose», a-t-il ajouté.

Pour ceux qui choisissent les sujets qui devraient être discutés au dialogue, le Président de la République a estimé qu’ils sont aussi libres de penser ainsi, notifiant qu’on n’a jamais vu un peuple qui pourrait refuser le fait qu’on lui donne l’exercice de son propre pouvoir, que ce soit à travers le dialogue ou même à travers un référendum. «C’est le peuple qui s’approprie son propre pouvoir et décide de ses propres affaires», a-t-il expliqué, en prenant l’exemple de la Grèce où le peuple grec aujourd’hui, à tort ou à raison a décidé de ses propres affaires, rappelant que celui de la France (le peuple français), en 1958, a décidé de l’avenir qu’il fallait donner aux institutions de son pays.

A cet effet, il a demandé au peuple congolais de participer activement à ce débat, parce qu’il s’agit de leur propre histoire. «Il n’y a que ce peuple qui peut faire cette histoire et j’invite au fond tous les acteurs politiques, sociaux, à prendre part à ces discussions qui sont ouvertes et libres», a-t-il insisté. (ACI)

 

✎ L’OPPOSITION DEMANDE LE DECALAGE

Le collège des présidents des partis du Collectif de l’opposition congolaise a sollicité le 5 juillet dernier à Brazzaville, le décalage de la date du dialogue et sa tenue dans la capitale, avant la fin du mois d’août 2015.

 Au cours d’une conférence de presse animée dans la capitale congolaise, Continuer la lecture de ✎ L’OPPOSITION DEMANDE LE DECALAGE

✎ REFUS DE PARTICIPATION AU DIALOGUE DE LA PLATE-FORME «SAUVONS LE CONGO»

La plate-forme citoyenne «Sauvons le Congo et son mouvement de jeunesse «Ras-le-bol», ont annoncé le 8 juillet dernier à Brazzaville, leur refus de participer au dialogue convoqué par le Président de la République, M. Denis Sassou-N’guesso.

 Dans une déclaration solennelle sur «le dialogue national», cette plate-forme citoyenne dénonce la révision des dispositions intangibles de la Constitution du 20 janvier 2002. Continuer la lecture de ✎ REFUS DE PARTICIPATION AU DIALOGUE DE LA PLATE-FORME «SAUVONS LE CONGO»